Festival Wallonie, cap à l’est !

Barbara Witkowska Journaliste

Le saxophoniste Fabrizio Cassol, l’invité d’honneur, convie les mélomanes curieux à une croisière  » Au fil du Danube « , pour s’y délecter de programmes qu’on n’entend nulle part ailleurs. Embarquement immédiat !

Ne pas se fier à son grand âge : 44 ans ! Le Festival de Wallonie est toujours plein de panache et ne cesse de se réinventer.  » Deux faits majeurs sont à signaler, note Baudouin Muylle, secrétaire général du Festival. Tout d’abord, Musiq’3 nous a rejoints en 2010. Ce partenariat a vraiment boosté notre dynamique interne. Avec une bonne dizaine de concerts par jour, à Flagey et au Marni, de 35 minutes chacun, on peut parler de l’importation du concept de la Folle Journée de Nantes à l’échelle bruxelloise, concept qui connaît un succès croissant. Par ailleurs, la RTBF s’est davantage investie et nous apporte une couverture et une visibilité plus importantes pendant toute la durée du Festival. Le second fait important est le développement de toutes les opérations annexes, telles le Student ClassiX, les concerts Famille avec un opéra pour et par les enfants ou encore le cycle Musique et Solidarité, destiné aux publics fragilisés. En dix ans, le nombre de concerts est passé de 70 à 140 ! Nous couvrons toute la Fédération Wallonie-Bruxelles et sommes présents dans des endroits où il n’y a jamais de concerts de musique classique, comme Soignies. La cerise sur le gâteau ? Il y a cinq ans, nous avons renégocié notre contrat-programme. Il vient d’être reconduit avec, à la clé, une reconnaissance du travail effectué et une légère augmentation de la dotation.  »

 » Que le monde se rapproche !  »

La force du Festival, c’est aussi, chaque année, une thématique pertinente et un invité d’honneur prestigieux. L’édition 2014 nous offre une balade le long du Danube avec des haltes à Vienne, Budapest, Bratislava et Belgrade, un répertoire qui passe par Mozart, Brahms, Strauss, Bartók, Liszt, Smetana, Dvorák et une pluie de stars : Philippe Herreweghe à Saint-Hubert, Leonardo García Alarcón à Namur, Boris Giltburg à Charleroi, Sophie Karthäuser à Bruxelles et le Quatuor Ebène à Ittre. L’invité d’honneur ? Bicentenaire de la naissance d’Adolphe Sax oblige, ce sera Fabrizio Cassol, saxophoniste et compositeur de renommée internationale. Wallon pure laine, né à Ougrée en 1964, formé au conservatoire de Liège, il s’est frotté à l’enseignement d’Henri Pousseur qui lui a appris une liberté sans limites et une ouverture sur toutes les musiques. En 1992, la rencontre avec les pygmées Aka en Afrique centrale a donné le coup d’envoi à la fondation du trio Aka Moon qui existe toujours. Depuis lors, Fabrizio Cassol ne cesse de sillonner la planète et d’imaginer des spectacles théâtraux et chorégraphiques qui sortent des sentiers battus. Il inaugurera le Festival de Wallonie au Théâtre de Liège en revisitant la Passion selon saint Matthieu de Bach (rebaptisée  » Pitié ! « ). Puis, on le retrouvera tout au long du festival et l’on croisera aussi son groupe Aka Moon, le chanteur et violoniste gypsy Tcha Limberger, le pianiste Fabian Fiorini et un ensemble de huit saxophones. Des rencontres inattendues en perspective qui confirment bien le profil polymorphe de ce pionnier de la transversalité spatio-temporelle et multiculturelle, guidé par une seule envie :  » que le monde se rapproche ! « .

Du 7 juin au 16 octobre, www.festivaldewallonie.be

Barbara Witkowska

Partner Content