Exposer les militaires belges sur les réseaux sociaux soulève des problèmes de sécurité

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

VRAI

Le 13 avril, le Premier ministre, Alexander De Croo (Open VLD), diffusait sur son compte Twitter une vidéo où on le voyait attablé avec quelques soldats déployés en Roumanie, non loin de l’Ukraine. Une communication qui a suscité des interrogations sur les réseaux sociaux: poster des photos ou des vidéos de militaires belges en mission dans lesquelles ils sont reconnaissables peut-il leur porter préjudice? Oui, selon Tanguy Struye, professeur de géopolitique à l’UCLouvain. Qui explique que les informations susceptibles de se retrouver sur les réseaux sociaux ou sur certaines applications laissent des tracesqui, mal utilisées, peuvent rendre un militaire en mission vulnérable sans qu’il ne le sache. « Les visages, en tant que tels, ne posent pas de problème, mais en les couplant avec les unités déployées et les endroits où elles le sont, on peut avoir accès aux noms, puis aux familles. » Le professeur estime qu’il faut éviter de donner n’importe quelle arme à l’adversaire, « d’autant plus qu’on n’y gagne rien. Au contraire: on a tout à y perdre », ajoute-t-il, en appelant à plus de précautions de la part de la Défense.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content