En terrain hostile

Sur une parcelle a priori totalement inadaptée, les architectes ont pu tirer profit des points faibles pour construire cette maison trois façades pleine de solutions originales.

Tant la forme de la parcelle que son orientation nord rendaient d’emblée ce projet pour le moins compliqué. Il n’en était pas moins un beau défi à relever pour les architectes.  » Démontrer qu’il est possible de tirer profit de son environnement, quel qu’il soit, nous passionnait vraiment « , explique l’architecte Koen Baeyens. Pour mener à bien un tel projet, il était toutefois nécessaire que le maître d’ouvrage soit ouvert aux solutions qui sortent des sentiers battus.

Large côté rue, la parcelle se terminait en pointe à l’arrière.  » Cela réduisait sensiblement tout contact avec l’environnement et surtout avec le bois voisin. Nous avons dès lors rapidement décidé de transférer l’espace de vie au premier étage et d’intégrer les chambres au rez-de-chaussée. La façade libre de cette construction semi-mitoyenne était toutefois orientée vers le nord et donnait directement sur la maison des voisins. C’est pourquoi nous avons décidé de fermer totalement cette façade et de créer de l’autre côté – le long du mur mitoyen – une terrasse enclavée « , poursuit Koen Baeyens. Ce faisant, les architectes ont complètement renversé la structure logique de la maison. Néanmoins, cette intervention a permis aux occupants de préserver leur intimité et de profiter d’un espace formant un douillet cocon.  » Les nombreux éléments vitrés créent la sensation d’espace, et l’intégration de l’escalier extérieur nous donne l’impression de vivre dans une maison quatre façades « , se réjouit le maître d’ouvrage.

Si la maison n’occupe que 170 mètres carrés, elle paraît nettement plus spacieuse. Cette sensation provient notamment des nombreuses vues sur l’environnement et de l’intégration de la terrasse fermée qui semble prolonger l’espace de vie. Le mobilier sur mesure permet également de rassembler les fonctions sur une petite surface et de combler les coins. Le mur de placards, par exemple, entre le salon et la cuisine, intègre un petit bureau, un feu ouvert et un meuble TV.

Malgré le recours à des méthodes de construction traditionnelles, la compacité de la maison et le travail sur mesure ont exigé pas mal de temps (un an de préparation et un an pour la construction) et un suivi de chantier particulièrement intense. Le maître d’ouvrage confirme que la réalisation technique de la construction n’a pas toujours été évidente.  » Sans un suivi de chantier intensif, il y aurait certainement eu des pépins.  »

Réalisation : Graux & Baeyens architecten. Tél. : 09 330 34 93

www.graux-baeyens.be

Découvrez l’intégralité du texte et des plans de ce reportage dans le magazine Je vais construire/ Tu bâtis je rénove de février en vente chez votre libraire.

www.jevaisconstruire.be

Elien Haentjens

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content