Sur Frontière visuelle (2004-2021), les lettres de Godelieve Vandamme fondent littéralement. © Courtesy of the artist

En quelques mots

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Avec leur pouvoir d’évocation à nul autre pareil, les mots nous consolent de la brutalité des choses. Et même s’ils s’avèrent souvent fallacieux, on leur pardonne: ce qu’ils laissent entrevoir est bien trop éclatant pour qu’on le regrette. Pas étonnant que de nombreux plasticiens y puisent la matière première intime de leur travail. Sur cette trame lumineuse, Lucile Bertrand (France, 1960), artiste et commissaire, convie onze artistes à livrer leur variation thématique, jamais conçue comme telle bien évidemment, dans le cadre domestique de la Maison des arts. A dire vrai, chacune des propositions déployées mériterait qu’on lui consacre un paragraphe. Comme on n’en a pas la place, qu’on nous pardonne d’avance la vulgarité de n’ en retenir que deux.

Godelieve Vandamme (1956) présente, avec Frontière visuelle (2004-2021), une série d’images en mouvement que l’on aurait vite fait de prendre pour une lithographie. La séquence consiste en l’enregistrement visuel de la fonte de lettres réalisées à partir d’encre de Chine congelée. Outre qu’il est extrêmement graphique, ce tableau animé renvoie vers l ‘épisode des « paroles gelées », l’un des passages les plus célèbres du Quart livre de Rabelais. On s’émeut de cette image – en équilibre entre parole et silence – qui renvoie à un récit in absentia, implicite et sous-jacent, une histoire souterraine résumant notre énigmatique mode de présence au monde.

A l’étage, c’est le plus que jamais d’actualité Question de perspective (2016) de Lucile Bertrand elle-même qui invite à la réflexion. Utilisant une carte redessinée en guise de prétexte, la plasticienne retrace les sémantiques scandaleusement déterministes accolées au réel: une personne voyageant d’un pays pauvre vers un pays riche est immanquablement un « migrant »… alors que quiconque circule dans l’autre sens s’affiche « expat ».

A la Maison des arts, à Schaerbeek, jusqu’au 30 avril.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content