DVD Snuls : la totale !

Il est revenu, le temps du chicon… Voici la  » boîte noire  » de l’intégrale des Snuls, soit plus de trente heures de cette émission culte qui a laissé un grand vide après sa disparition

Chers téléspectateurs nostalgiques des années Snuls (1989 à 1992), cessez vos recherches spéléologiques dans vos cartons d’antiques VHS, en quête de bribes de ces émissions célébrissimes sur Canal +  » en clair  » ! Voici, enfin,  » la totale  » des Snuls en DVD, depuis les incunables de notre jeunesse folle aux £uvres tardives, en passant par les périodes de toutes les couleurs. Et la  » boîte noire « , éditée par Boomerang Pictures, est une  » mastelle  » : 10 DVD dont 2 bonus, le CD de toutes les chansons, un  » beau liiif « , un autocollant et… un chicon antistress !

Bien sûr, ce n’est pas du Fellini ; bien sûr, tout ça a vieilli… N’empêche ! Cela fait un bien fou de revoir le bon vieux temps de Miss Bricola et autres Santa Belgica. Et chacun composera son menu perso dans ce buffet. Exemples : Jacques Brel mis en scène façon avant-garde ; des élèves intégristes binchois qui refusent d’ôter leur chapeau de Gilles en classe ( » C’est leur identité, quoi ! « ) ; l’Assimil du  » parler ouvrier  » ; Louis Ondertafel, chef de service à la Cucuf ; le problème de la richesse dans le monde ; le Salon de la pompe funèbre ; l’abandon des vieux avant les vacances ; les flamoutches du VTMO ; les  » créatifs  » de l’agence de pub Jodisque et Jodisque… Et, bien sûr, toutes les parodies d’émissions télé ( Jeunes Autistes, Le Jardin ordinaire, Fort Boyaud…), celles des pubs ( » Spa cigüe « ,  » Fama poêle « …), celles des chorégraphes contemporains, celles des tubes version scouts de la patrouille des kaskoei, celles des films de Boris Lehman ou de Chantal Akerman, projetés à Binamépolis, en collaboration avec l’université de Waremme… Bref, plus de trente heures de comique belche, pour environ 70 euros : beaucoup plus économique qu’une demi-journée détente-thalasso en Brabant wallon.

Reste que, au-delà du rire, la vision des Snuls rappelle l’incroyable liberté – de ton et de fond – de ces sketchs d’une époque bénie où ce genre de choses était encore possible. En effet, ce type d’émission est tout bonnement impensable à l’heure actuelle. Qui programmerait encore des électrons libres singeant les rentables productions à l’huile essentielle de vide, risquant d’embêter l’Annonceur, l’Autorité subsidiante ou l’Actionnaire ? Décidément, on se prend à rêver à un Printemps du chicon…

Elisabeth Mertens

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content