Déboulonner Léopold II ?

Ayant signé autrefois une pétition pour déboulonner Léopold II (Voir aussi Le Vif/L’Express du 24 mai), ce n’est pas maintenant que je vais le dédouaner. Il n’empêche qu’avec tout le respect qu’un belgo-britannique doit à ses compatriotes belgo-africains, même si le militantisme manichéen rencontre un masochisme kamikaze de la part de certains belgo-belges, il n’est pas moins suicidaire. Quitte à conclure avec Orwell que certaines crapules sont plus crapuleuses que d’autres, ne serait-ce que pour pouvoir jeter la première pierre, la prémisse du  » tous coupables  » de Camus est plus payante que la présupposition, peu plausible, du bon Noir versus le mauvais Blanc. En attendant, il reste que les peuples africains que j’ai côtoyés de près en Afrique du Sud, de l’Est et de l’Ouest ou en Ethiopie ne tenaient pas plus à leurs Napoléons noirs (Chaka Zoulou ou Mirambo), leurs djihadistes génocidaires (el Hadj Omar et cie) et leurs empereurs impérialistes (Ménélik) que les peuples d’Europe à leurs propres mégalomanes massacrants. Pour ne pas parler des pendants africains de nos Hitler et autres Staline dont un Idi Amin Dada, Nguema ou Bokassa, c’est souvent faute de moyens que les crimes contre l’humanité perpétrés par les précurseurs africains de Pol Pot et Mao Tse-toung ont été quantitativement limités. Au risque d’être lapidé par les  » politically correct « , ce n’est qu’après avoir fait dans la dentelle chez soi qu’on pourra démasquer les monstres (con)sacrés par autrui sans craindre le retour à l’expéditeur de la critique.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content