De plus en plus cher !

Tous les types de biens se sont envolés en 2005. La hausse par rapport à 2004 est importante et n’épargne aucune commune bruxelloise

Aucune commune bruxelloise n’échappe plus à la règle : les prix des maisons unifamiliales, déjà qualifiés d’exorbitants, deviennent carrément inaccessibles au Belge moyen. La maison de vos rêves est devenue un véritable produit de luxe ! Les communes les plus chères de Bruxelles (Sud-Est) sont aussi celles où les maisons d’habitation moyennes sont les plus rares, ce qui a fait, cette année encore, exploser les prix, avec des augmentations (par rapport aux chiffres de Stadim présentés dans nos pages) allant jusqu’à 18 % à Watermael-Boitsfort , 16 % à Uccle, 13 % à Woluwe-Saint-Pierre et 10 % à Auderghem.

Le top 5 des prix sur le marché des maisons unifamiliales (prix moyen entre 396 000 euros et 449 000 euros) : Ixelles, Uccle, Woluwe-Saint-Pierre, Watermael-Boitsfort et… Bruxelles- Ville (n’oublions pas que l’avenue Franklin Roosevelt et la Grand-Place sont sur son territoire).

Les communes dites  » difficiles  » ou moins courues s’alignent rapidement, avec des augmentations allant jusqu’à 35 % et davantage pour les unifamiliales à Molenbeek, Bruxelles-Ville, Koekelberg ou Jette. Les autres communes du nord de Bruxelles continuent à se développer : Berchem (+ 10 %), Ganshoren (+ 17 %).

Sur la base des indices rassemblés par les notaires de Bruxelles, la seule commune bruxelloise où le prix moyen des maisons unifamiliales est inférieur à 200 000 euros est Anderlecht ! Face aux prix pratiqués, le Bruxellois renonce peu à peu à son rêve de maison, pour se rabattre sur un appartement, de deux chambres si possible.  » L’appartement deux chambres, explique Valery Colard, collaborateur du notaire Jean-Paul Lycops à Bruxelles, est LE produit par excellence. Il convient aussi bien à un jeune qui désire avoir son bureau qu’à un jeune couple avec enfant ou à un couple de seniors désirant un bureau ou une chambre pour les petits-enfants. L’appartement une chambre sera plutôt vu comme un premier investissement ou un pied-à-terre.  »

Jusqu’à + 40%

Cet argument n’empêche pas le marché des appartements une chambre d’être à la hausse par rapport à 2004 (de + 8 % à + 40 %). A noter, une baisse du prix moyen à Berchem et à Ganshoren. Ces deux communes deviennent les plus abordables pour ce type de bien, avec un prix moyen respectif de 79 000 euros et 83 000 euros. Par contre, Auderghem et Forest tiennent le haut de l’affiche avec un prix moyen par transaction de +/- 143 000 euros.

C’était à prévoir, le prix des appartements deux chambres (tout comme le nombre des transactions les concernant) s’envole dans toutes les communes bruxelloises. On constate de très nettes augmentations à Saint-Gilles, Laeken, Molenbeek et Watermael-Boitsfort. Dans cette catégorie de biens, les communes les plus prisées en 2005 auront été Etterbeek, Ixelles, Woluwe-Saint-Pierre, Bruxelles et Uccle.

Quant aux appartements 3 cham-bres, ils restent considérés comme des produits de standing, voire de grand luxe. Dans la plupart des communes, ce marché a subi des variations importantes au cours de l’année 2005, tant à la hausse (Bruxelles, Schaerbeek, Saint-Gilles, Ganshoren) qu’à la baisse (Watermael-Boitsfort, Uccle, Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint- Pierre). Dans cette catégorie de biens, Bruxelles, Ixelles et Uccle tiennent le haut du pavé, avec des prix moyens oscillant entre 294 000 euros et 310 000 euros, soit nettement plus que le prix moyen d’une maison unifamiliale dans la plupart des communes bruxelloises !

Suivant le principe élémentaire selon lequel tout ce qui est rare est cher, il faut souligner, d’une part, le très faible nombre de transactions portant sur des terrains à bâtir et, d’autre part, les prix exorbitants de ces derniers. Selon le même principe, dans certains quartiers, la plus-value apportée par un parking est colossale.  » Place Brugmann ou dans certains quartiers d’Etterbeek par exemple, précise Valery Colard, un appartement avec garage se vendra jusqu’à 45 000 euros plus cher. Les propriétaires connaissent bien la plus-value apportée par ce type de bien et, s’ils n’obtiennent pas le prix demandé, ils n’hésitent plus à scinder la vente en deux transactions séparées…  »

Et en 2006 ? Sauf modification importante de certains facteurs, tels que les taux d’intérêt, les prix bruxellois connaîtront peut-être une stabilisation. Mais certainement pas une chute ! l

N.R.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content