Chers amis grecs,

marc oschinsky

Juste un mot pour vous dire qu’on ne vous en veut pas d’avoir brûlé un drapeau belge, l’autre semaine. Car, depuis le temps que, chez nous, les extrémistes de tout poil en brûlent pour un oui et pour un non, on ne s’énerve plus pour si peu. D’ailleurs, pour une fois, ce sont les Grecs qui s’y collent, alors, ça nous change de nos habitudes, ça fait un peu exotique.

En plus, vous n’avez rien contre la Belgique, un pays que, j’en ai bien peur, vous auriez du mal à repérer sur une carte d’Europe. Non, en réalité, vous souhaitiez brûler un drapeau allemand, mais vous vous êtes trompés. Ou le marchand de drapeaux n’en avait plus et vous vous êtes dit :  » Va pour le belge, personne ne verra de différence.  » Franchement, vous êtes bien tombés, le Belge n’est pas susceptible et quand on lui écrase le pied gauche, il tend spontanément le droit, c’est dans sa nature.

Pourquoi vouliez-vous vous en prendre aux Allemands ? Parce que votre entreprise nationale des téléphones sera bientôt achetée par une entreprise teutonne ! Là, on peut vous rassurer tout de suite, ce n’est pas le style des Belges de s’offrir des entreprises étrangères. Nous, on est comme vous, plutôt du genre à vendre. Tout : téléphones, poste, avions… Comme ça, s’il faut virer 90 % du personnel ou déclarer la société en faillite, on peut dire que ce n’est pas de notre faute, que ce sont les propriétaires étrangers qui ont tout tramé. On fait semblant d’oublier qui les a mis là où ils sont. Vous verrez, au début, on a un peu de mal à s’y faire, mais tout le monde trouve ce système très agréable.

Notez, s’il vous reste encore des drapeaux belges, vous pouvez déjà vous préparer à les brûler pour de vraies bonnes raisons. En vrac. 1. Parce que BHV n’est toujours pas scindé (cherchez pas à comprendre, même nous on ne pige plus). 2. Parce qu’Olivier Strebelle va exposer l’une de ses affreuses sculptures à Pékin, infligeant aux Chinois un traumatisme à côté duquel la répression de Tiananmen, c’était du pipi de chat, et nous donnant enfin un motif valable pour boycotter les Jeux. En ce qui concerne Strebelle, soyons de bon compte, tant qu’il est en Chine, l’artiste n’a pas le temps de créer des £uvres à installer en Belgique et c’est toujours ça de pris. 3. Parce que la Belgique traite ses sans-papiers avec la délicatesse d’un pitbull hyperkinétique. Ah non, pardon, les sans-papiers, tout le monde s’en fiche.

Si vous avez besoin de renfort pour brûler nos drapeaux, on peut vous expédier Bart De Wever. Ça fait un temps fou qu’on rêve de l’envoyer se faire voir chez vous.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content