Ces nazis qui ont resservi

De nouvelles révélations soulignent l’indulgence dont les Etats-Unis ont fait preuve, après guerre, vis-à-vis d’ex-agents du IIIe Reich. Ils n’ont pas été les seuls.

Otto von Bolschwing est mort sous le soleil de Sacramento (Californie), le 9 mars 1982. Il avait 72 ans et plusieurs vies derrière lui. Dans la première, ce rejeton de la noblesse allemande, membre des services de renseignement de la SS – l’ossature nazie du IIIe Reich – a exercé ses talents d’agent secret en Palestine. Devenu aide de camp du responsable des Affaires juives, Adolf Eichmann, il s’est attelé avec zèle à l’élaboration du programme d’extermination des juifs d’Europe.

Après la guerre, le capitaine von Bolschwing a rejoint les rangs de la CIA, sous le nom de code de  » Grossbahn « . En récompense de ses loyaux services, ses nouveaux maîtres lui ont offert une deuxième vie aux Etats-Unis, où l’ancien SS s’est taillé une belle carrière dans l’industrie. Jusqu’à devenir, en 1969, président de l’entreprise californienne de high-tech TCI.

Dix ans plus tard, la justice l’a rattrapé. L’Office of Special Investigations (OSI), créé au sein du ministère de la Justice pour débusquer les anciens nazis installés chez l’Oncle Sam, a exhumé son dossier. Et découvert que la CIA avait fermé les yeux sur les antécédents vert-de-gris de son protégé. Déchu de sa nationalité américaine, von Bolschwing a échappé à l’extradition pour cause de santé chancelante.

Cette histoire édifiante figure dans un rapport de 600 pages, dévoilé à la mi-novembre par le quotidien The New York Times, qui dresse le bilan de l’OSI, de ses succès, de ses tâtonnements et de ses échecs. Le document révèle surtout l’ampleur des man£uvres et des manipulations orchestrées par les autorités et les services de renseignement américains afin de permettre à d’anciens nazis, scientifiques de haut vol ou dignitaires du régime, de trouver refuge aux Etats-Unis. Et de mettre leurs compétences au service de leurs hôtes.

Une  » collaboration du gouvernement avec les persécuteurs « , dixit le rapport – dont les Etats-Unis n’ont pas eu l’apanage.  » Même Israël a recruté d’anciens SS, souligne l’historien israélien Tom Segev. A commencer par Walter Rauff, l’inventeur des chambres à gaz mobiles, et le lieutenant-colonel Otto Skorzeny, champion des opérations commandos, qui a libéré Mussolini en 1943. « 

Skorzeny avait mis une condition à sa collaboration avec les services de renseignement de l’Etat juif : que Simon Wiesenthal, le chasseur de nazis, biffe son nom de la liste des criminels de guerre les plus recherchés.  » Wiesenthal a dit non, rapporte Segev, qui vient de publier Simon Wiesenthal, l’homme qui refusait d’oublier (Editions Liana Levi). Et Skorzeny a tout de même travaillé pour Israël. « 

Des décennies plus tard, le sujet reste sensible. Tellement sensible que le département américain de la Justice a tenu sous le boisseau pendant quatre ans le rapport consacré à l’OSIà

ANNE VIDALIE

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content