Blogs et placements

Les sites personnels de conseils en placements se multiplient. Voici quelques bonnes raisons pour les éviter

Dans la masse d’informations qui se déversent quotidiennement sur les investisseurs, un nouvel acteur se fait peu à peu une place au soleil : le blog. Difficile d’échapper au phénomène si vous êtes connecté à Internet. Si cet outil est susceptible d’altérer la manière dont nous sommes informés, l’investisseur a tout intérêt à faire montre de prudence. Une fois de plus.

Pour ceux qui sont moins férus d’Internet, rappelons qu’un blog (contraction de  » weblog « ) est un système qui permet à tout qui est connecté à Internet de publier en ligne rapidement et avec souplesse ce que bon lui semble à destination de qui est intéressé : récits de voyages, impressions sur le dernier livre à la mode ou encore journal  » intime « . Les lecteurs de ces blogs ont la possibilité de réagir en  » postant  » à leur tour un commentaire. Peut alors s’instaurer un dialogue quasi en direct entre connectés.

La multiplication des sites de conseils financiers confirme que les placements prennent peu à peu de l’importance dans la  » blogosphère « . Et de manière variée. Ces blogs vont ainsi du professeur de finance, qui commente régulièrement la recherche universitaire, au journaliste spécialisé, qui y trouve un moyen d’expression en toute liberté, en passant par le quidam qui publie ses expériences de placements. Bref, vous trouverez de tout sur les blogs boursiers et financiers. A prendre et à laisser. Et, surtout, à laisser.

Tout d’abord, l’information financière publiée sur la majorité de ces blogs est analysée avec très peu de recul. Certes, la réaction à chaud à un événement et sa diffusion à grande échelle constituent l’un des buts d’un blog. Mais, en ce qui concerne les placements, il est toujours dangereux de réagir sur un coup de tête. Une rumeur qui circule sur les marchés et se propage très vite via les blogs peut perdre toute sa valeur en quelques secondes. Ce qui nous ramène au problème n° 1 de nombreux investisseurs à la recherche d’actions à acheter : l’information est bel et bien disponible, mais elle ne se traduit pas toujours en savoir utilisable. Les investisseurs ont souvent tendance à se fier à des impressions plutôt qu’à des faits objectifs rigoureusement vérifiés, ce que par ailleurs ils ne peuvent quasiment pas faire systématiquement. Surtout s’ils ne sont pas des professionnels. Le phénomène blog, s’il continue à prendre de l’ampleur, pourrait accroître cette tendance.

Nombre de conseils donnés ici ou là accordent peu de place à l’évaluation (bon marché, chère…) d’une action. C’est pourtant un élément de première importance dans le choix d’une valeur boursière. Acheter une action parce que ses derniers résultats sont bons ou parce que l’entreprise est populaire ne suffit pas.

Ensuite, il est souvent difficile de savoir qui rédige le blog et quelles sont ses compétences. Cette information est pourtant essentielle pour pouvoir accorder (un peu de) confiance à ce qui est écrit. Mais quand bien même l’initiateur du blog est bien identifié, ses motivations ne sont pas toujours très claires. Et la question de son indépendance reste entière.

Un minimum de recul par rapport à ce qui est véhiculé par les blogs s’impose donc pour ne pas se lancer tête baissée dans ce qui sera alors plus de la spéculation que de l’investissement. l

Pierre Samain, Budget Hebdo

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content