Avec ou sans Paul Magnette ?

Michel Delwiche
Michel Delwiche Journaliste

Olivier Chastel (MR), Paul Magnette (PS), deux députés wallons écolos… On se bouscule pour le mayorat carolo.

« Nous aurons pour Charleroi une liste forte, affirme Jean-Marc Nollet, avec entre autres les députés wallons Xavier Desgain et Isabelle Meerhaeghe, mais aussi de nouvelles figures.  » Le patron de la Régionale Ecolo de Charleroi, vice-président des gouvernements wallon et communautaire, ne sera pour sa part pas candidat dans sa commune de Fontaine-l’Evêque. Pas de cumul !

 » Pour l’instant, à Charleroi, Ecolo est le seul parti de l’opposition – cette coalition XXL (PS, MR, CDH) n’avait d’ailleurs d’autre but que de nous y enfermer – mais nous avons tout de même contribué à des solutions : la localisation du nouveau stade à Marchienne, la gare de « Charleroi-Nord » à l’aéroport, la sortie sud… Et nous avons aussi contribué à ce que le gouvernement wallon retienne nos propositions : revitalisation du centre, énergie, mixité des fonctions, propreté, sécurité, rénovation des quartiers, aide à la jeunesse… « 

En 2012, Ecolo sera clairement candidat au pouvoir à Charleroi,  » même si ce n’est pas un but en soi « , précise Jean-Marc Nollet, pour qui, d’ici aux élections,  » on va encore perdre un an, car les partis de la majorité n’ont pas le choix, ils vont continuer à se neutraliser « . Et si, logiquement, le PS reste le premier parti à Charleroi, mais se cherche un partenaire,  » avec nous, ce sera sur la base d’un projet « .

Au MR, c’est Olivier Chastel, le ministre de la Coopération au développement, qui emmènera la liste. Il se verrait bien dans l’exécutif communal.  » En 2007 déjà, j’avais fait savoir que j’étais candidat-bourgmestre, explique-t-il. Je reste prêt, je l’ai déjà dit, à m’investir pleinement si, demain, les meilleurs le font. Si Paul Magnette a l’ambition de siéger au collège, cela vaut la peine que les patrons des autres formations s’engagent aussi. « 

La liste PS 2012 n’aura rien à voir avec celle de 2006

Il ne pense pas pour autant que le PS va totalement se remplumer.  » En 2007, on a assisté à la mise à l’écart de tout le personnel politique du Parti socialiste. Mais, aujourd’hui, les successeurs ne quadrillent plus le terrain, ne tiennent plus les baronnies locales, ce qui faisait la force du PS, sa machine de guerre. La liste 2012 n’aura plus rien à voir avec celle de 2006 où les 15 premiers candidats représentaient les anciennes communes. « 

L’actuelle législature est une législature de transition, qui ne verra pas se concrétiser le redressement de Charleroi, ni pour tous les travaux ni pour la gestion du personnel.  » Mais il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Le projet « Rive gauche », tout le monde était d’accord. Tout le monde aussi pour soutenir la candidature à l’accueil du centre pour sportifs de haut niveau de la Communauté française, qui a été tué par le ministre André Antoine (CDH), au motif qu’on ne pouvait pas permettre à des athlètes de s’entraîner sur des terrains dépollués. Alors que nous, nous voulions justement en faire un emblème pour Charleroi. « 

Jean-Jacques Viseur, le bourgmestre CDH sortant, ne sera plus candidat.  » Charleroi va pouvoir entrer dans une période de réalisations, explique-t-il, et il faut quelqu’un à la barre, et qui reste. Cette législature est une législature sacrifiée, cela a pris plus de temps que prévu, mais, aujourd’hui, le déclin est arrêté, et la relance, organisée. Il faut encore que l’attractivité de Charleroi s’améliore : des équipements de qualité (commerce, hôpitaux, écoles…), des quartiers assainis, une sécurité retrouvée. Nous avons fait le sale boulot, et j’espère que le CDH trouvera sa place après ces élections. « 

Qui alors pour la succession ?

 » Paul Magnette ne pourra pas éviter d’être candidat, après son succès fabuleux et inespéré aux régionales (2009) et aux législatives (2010), affirme Jean-Jacques Viseur. C’est un homme brillant, et si Elio Di Rupo devait devenir Premier ministre, Paul Magnette ne pourrait s’abstenir de lui succéder à la tête du parti (les Liégeois sont trop divisés), tout en devenant bourgmestre. Pour Charleroi, ce serait une bonne chose. Paul Magnette a la vision d’une ville forte de sa richesse économique et de services publics transparents, privilégiant ceux qui sont en contact direct avec la population.  » Mais même si le PS retrouve une majorité absolue, il choisira un partenaire, pour ne plus retomber dans les errements du pouvoir absolu qui a fait tant de dégâts, conclut Jean-Jacques Viseur.

Rendez-vous à l’automne

Dès lors, le très courtisé Paul Magnette va-t-il endosser le costume que les autres lui taillent, et mener la liste PS, ou doit-il se méfier des sirènes ?  » La liste du PS sera en tout cas une liste neuve, répond l’intéressé, mais on verra en septembre ou en octobre quelle y sera ma place. Je ferai ce que mon parti souhaite que je fasse. S’il est toujours présent au fédéral, et qu’il me demande d’y rester, j’y resterai. Je serai un jour ou l’autre intéressé par le poste de bourgmestre, j’ai le plus grand respect pour la politique communale, et beaucoup d’enthousiasme à m’y investir. Le socialisme, historiquement, a pour socle le travail, et le salaire. Le cadre de vie, le logement et la sécurité sont devenus tout aussi fondamentaux, et la commune est le lieu où on peut le mieux négocier un projet, inventer son projet de ville avec le citoyen.

Michel Delwiche

« Aujourd’hui, le déclin est arrêté et la relance, organisée »

Jean-Jacques Viseur

Partner Content