Les campements de Roms en région parisienne ou ailleurs, des lieux aussi de grande fraternité. © M. Astar/isopix

Au plus près de la vie d’une famille rom

 » Après pareille tragédie (NDLR : l’extermination par les nazis), le sort des Tziganes aurait dû changer du tout au tout. Il n’en fut scandaleusement rien « . Pour preuve, aujourd’hui,  » à l’époque du politiquement correct où pas un mot ne doit dépasser d’un autre, […] aucun autre peuple en Europe ne subit un tel torrent d’insultes « . Journaliste au Canard enchaîné, Dominique Simonnot a voulu donner corps à cette douloureuse réalité en contant la vie quotidienne d’une jeune fille rom et de sa famille entre 2015 et 2017 à Paris et ses environs dans Amadora, une enfance tzigane (Seuil, 224 p.). On vit donc au plus près, et comme jamais, l’entraide et la violence dans les camps de baraquements ; leur destruction administrative par les bulldozers alors qu’ils constituent  » une petite société qui ne marche pas si mal  » ; la promiscuité des chambres d’hôtels louées par l’assistance sociale ; la difficulté, dès lors, des parcours scolaires ; la recherche d’un emploi et, encore plus laborieuse, d’un logement stable ; le racisme et la solidarité de certains Français ; et, invariablement, la quête éperdue de nourriture dans les poubelles, au mieux celles des grands magasins… Toutes ces aventures sont décrites à partir du point de vue d’Amadora, la seule grande de la famille qui parle correctement le français, et grâce à la complicité établie avec elle par l’auteure. Et malgré la fracture sociale et numérique à laquelle ces populations sont soumises, on se dit à la lecture de l’ouvrage de Dominique Simonnot qu’une insertion dans la société ou à tout le moins une cohabitation avec ce mode de vie ancestral devrait être possible avec un peu de bonne volonté.

Au plus près de la vie d'une famille rom

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content