© REUTERS

Washington sanctionne la Corée du Nord après le piratage de Sony

Les Etats-Unis ont renforcé vendredi leur arsenal de sanctions contre la Corée du Nord en représailles à l’attaque informatique « déstabilisante et destructrice » ayant visé Sony Pictures.

Ces nouvelles mesures répondent aux « nombreuses provocations (de Pyongyang, ndlr) et particulièrement la récente cyber-attaque contre Sony Pictures et les menaces visant les salles de cinéma et les spectateurs », affirme le Trésor américain dans un communiqué. « Il s’agit du premier volet de notre réponse », a prévenu la Maison Blanche.

Visé par une vaste attaque informatique, Sony Pictures avait dans un premier temps annulé la sortie du film « L’Interview qui tue!  » qui relate une tentative d’assassinat de la CIA du leader nord-coréen Kim Jong-Un. Le film a finalement été distribué via les services de vidéo en ligne et dans un réseau de salles plus restreint aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis, qui accusent Pyongyang d’être derrière l’attaque, ont riposté en ajoutant vendredi à leur liste noire dix officiels du régime, l’agence nord-coréenne de renseignement ainsi que deux entreprises liées au secteur militaire de la dictature communiste, a détaillé le Trésor.

Les sanctions, prises en vertu d’un décret du président Obama, « reflètent l’engagement des Etats-Unis de tenir la Corée du Nord pour responsable de ses actions destructives et déstabilisatrices », a plaidé le secrétaire américain au Trésor Jacob Lew, cité dans un communiqué.

La Corée du Nord fait déjà l’objet d’une large batterie de sanctions internationales liées à son programme nucléaire controversé.

Partner Content