Le superyacht 'Nord', qui appartiendrait à l'oligarque russe Alexei Mordashov, dans le port de Vladivostok, en Russie. © reuters

Révélations sur les secrets offshore d’oligarques russes: voici comment ils ont contourné les sanctions occidentales

Kristof Clerix
Kristof Clerix Rédacteur Knack

Pandora Papers Russia a étudié des millions de documents ayant fait l’objet de fuites et révèle les secrets offshore de l’oligarque Suleiman Kerimov, de l’ancien Russe le plus riche Alexei Mordashov et de huit banquiers russes de premier plan.

Ces dernières semaines, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) s’est plongé dans des millions de documents précédemment divulgués, à la recherche de nouveaux indices sur la richesse cachée des oligarques russes. Pandora Papers Russia est la suite de l’enquête Pandora Papers de l’ICIJ de 2021, basée sur 11,9 millions de documents fuités sur les constructions offshore.

Les noms d’au moins 42 milliardaires russes sont déjà apparus dans les documents Pandora qui ont fait l’objet d’une fuite. En 2021, leur richesse combinée représentait 15 % du PIB de la Russie. Sur ces 42 milliardaires, 11 ont été touchés par les récentes sanctions.

Pandora Papers Russia révèle à nouveau comment des avocats, des banquiers et des gestionnaires d’actifs occidentaux ont aidé l’entourage de Vladimir Poutine à dissimuler de l’argent et des actifs. Ils ont canalisé leur richesse dans de vastes biens immobiliers, des super yachts et d’autres propriétés de luxe.

Knack résume les principales conclusions de l’enquête.

1. L’oligarque Suleiman Kerimov

Suleiman Kerimov
Suleiman Kerimov© iStock

Qui ? Le milliardaire Suleiman Kerimov est l’un des plus de 4.000 Russes qui ont fait surface dans les Pandora Papers. Kerimov est un magnat de l’or russe qui a un penchant pour les villas de la Côte d’Azur. Après la chute de l’Union soviétique, il a fait fortune en achetant des actifs énergétiques et des participations importantes dans des banques russes.

M. Kerimov est également membre du parlement russe et fait partie du groupe restreint d’oligarques convoqués à Moscou par le président russe Vladimir Poutine le jour où la Russie a envahi l’Ukraine. Il a été sanctionné pour la première fois par les États-Unis en 2018. La Grande-Bretagne et l’Union européenne ont fait de même cette année.

Kerimov n’est pas non plus étranger à la Belgique. Après un accident avec sa Ferrari à Nice en 2007, il a été soigné pendant un certain temps à l’hôpital militaire de Neder-over-Heembeek.

Entre 2012 et 2014, la banque BNY Mellon a envoyé une série de rapports sur le blanchiment d’argent – des rapports dits d’activité suspecte qui signalent la suspicion de blanchiment d’argent – au gouvernement américain, pour une valeur astronomique de 700 millions de dollars. C’est ce que révèlent des documents fuités de l’unité américaine de lutte contre le blanchiment d’argent Financial Crimes Enforcement Network, dont l’ICIJ a déjà fait état dans l’enquête FinCenFiles en 2019.

BNY Mellon n’a pas pu découvrir qui était à l’origine des paiements suspects. Dans un cas, la banque a supposé à tort qu’un marchand de fruits britannique avait reçu un transfert de 100 millions de dollars. Mais en réalité, les fonds faisaient partie d’un énorme empire offshore lié à Kerimov, comme le révèlent maintenant les Pandora Papers Russia.

Le personnage central de ces 700 millions de dollars de transferts est Alexander Studhalter, un financier suisse ayant des liens étroits avec Kerimov. Les documents Pandora montrent que Studhalter a géré des sociétés offshore dans les îles Vierges britanniques et les îles Caïmans, qui ont servi d’intermédiaire pour plus d’une douzaine de paiements que BNY Mellon a signalés comme suspects.

Un exemple : en octobre 2013, BNY Mellon a envoyé au gouvernement américain un rapport sur le blanchiment d’argent concernant deux transactions d’un montant total de 270 millions de dollars. L’argent provenait d’une société offshore chypriote opaque et était destiné à SH Advisors Limited, une société offshore des îles Caïmans. C’est évident d’après la fuite des FinCen Files.

Les documents Pandora qui ont fait l’objet d’une fuite montrent à leur tour que SH Advisors appartenait à Heritage XXI Holding Ltd, une société offshore des îles Vierges britanniques. Les documents identifient le propriétaire final de Heritage comme étant la Fondation Suleyman Kerimov, une organisation caritative enregistrée en Suisse.

En 2017, les autorités françaises ont accusé Studhalter de servir de couverture à Kerimov dans le cadre d’une enquête sur le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale. Mais les plaintes contre les deux ont été retirées par la suite.

Réaction ? BNY Mellon a répondu qu’elle n’était pas autorisée à commenter les rapports sur le blanchiment d’argent, mais qu’elle se conformait pleinement aux lois et réglementations en vigueur.

L’équipe juridique de Kerimov n’a pas répondu aux demandes détaillées. Ils ont seulement déclaré que les autorités françaises n’avaient pas déposé de plainte officielle après des années d’enquête.

Dans une réponse, M. Studhalter affirme que les autorités françaises ont monté de toutes pièces le dossier contre lui. Il affirme être un entrepreneur et un investisseur indépendant, et soutient qu’il n’a servi de couverture à personne. Studhalter et son père possédaient les sociétés responsables de la plupart des 700 millions de dollars de virements, selon les Suisses. Il a ajouté qu’il n’avait pas travaillé avec Kerimov depuis 2017.

2. Le magnat de l’acier Alexei Mordashov

Suleiman Kerimov
Suleiman Kerimov© reuters

Qui ? Selon le magazine économique Forbes, le magnat de l’acier Alexei Mordashov (56 ans) était l’homme le plus riche de Russie en 2021, avec une fortune estimée à 29 milliards de dollars. Sa principale entreprise, Severstal, est le plus grand producteur d’acier de Russie. Le journal économique De Tijd a rapporté que Mordashov était également propriétaire d’un tiers du voyagiste TUI (et donc de TUI Belgium), mais qu’il avait démissionné du conseil d’administration du groupe TUI et vendu sa participation à des « tiers ». La majeure partie des actions a fini dans les mains d’une société des Caraïbes appartenant à la mère des enfants de Mordashov, a récemment révélé l’ICIJ.

Mordashov a été sanctionné par l’UE et le Royaume-Uni après l’invasion russe de l’Ukraine. Les sanctions ont eu un impact immédiat sur sa valeur nette. Selon le dernier classement Forbes, Mordashov est désormais le cinquième Russe le plus riche, avec une valeur nette estimée à 13 milliards de dollars.

Quoi ?Les « Pandora Papers Russia » révèlent que le cabinet comptable PricewaterhouseCoopers (PwC) a aidé une holding chypriote liée à Mordashov à créer et gérer plus de 65 sociétés postales dans les îles Vierges britanniques et d’autres paradis fiscaux. Les documents divulgués montrent que Mordashov a utilisé ce réseau de sociétés offshore pour investir dans des entreprises européennes. En Russie, il l’a utilisé pour développer sa propre entreprise, de l’industrie sidérurgique aux industries du charbon, du bois et des médias.

Les sociétés offshore impliquées effectuaient des transactions avec d’importantes sommes d’argent voyageant dans le monde entier. Au moins quatre transactions impliquaient des associés proches du président russe Vladimir Poutine. Cela soulève des questions quant aux affirmations de Mordashov selon lesquelles il n’a pas de liens étroits avec Poutine.

Les conseillers de PwC ont également aidé Mordashov et son partenaire à enregistrer des sociétés pour abriter un yacht et un jet privé, selon les documents divulgués. Et dans les moments de crise, PwC a aidé le couple à restructurer ses actifs offshore.

Réaction ? Mordashov et PwC n’ont pas répondu aux questions de l’ICIJ. Un porte-parole de PwC a indiqué par courriel que « PwC est actuellement en train de mettre fin à ses relations avec les personnes sanctionnées, les entités sanctionnées et les entités contrôlées par des personnes sanctionnées ». Il a ajouté que le travail effectué par PwC pour ses clients « est conforme à toutes les lois et réglementations applicables et aux normes internes de PwC ».

3. Huit grands banquiers russes

Qui ?Huit hauts dirigeants de cinq grandes banques russes – Sberbank, Alfa Bank, VTB, Gazprombank et VEB – ont transféré leur fortune dans des juridictions éloignées, des îles Vierges britanniques aux Samoa, par l’intermédiaire de sociétés offshore, selon le rapport Pandora Papers Russia. Les noms des banquiers sont indiqués sur le site www.icij.org/investigations/russia-archive/.

Quoi ?Les huit principaux banquiers russes ont déplacé leurs actifs juste avant ou juste après que les pays occidentaux aient imposé des sanctions aux élites et aux entreprises russes. Certaines sanctions ont AUSSI suivi la prise de contrôle de la Crimée par la Russie en 2014. D’autres ont été imposées en réponse aux cyberactivités russes, à l’ingérence dans l’élection présidentielle américaine de 2016 et aux opérations militaires agressives de la Russie en Ukraine et en Syrie.

Selon les documents divulgués, trois banquiers ont utilisé des sociétés offshore pour investir dans des propriétés de luxe à Londres et à Chypre.

Quatre autres ont travaillé ensemble dans des sociétés offshore détenant au moins 2 milliards de dollars.

Un banquier possédait au moins huit sociétés de boîtes postales dans les îles Vierges britanniques entre 2007 et 2018.

Réaction ?Cinq des huit banquiers n’ont fait aucun commentaire. Les trois autres prétendent n’avoir rien fait de mal et affirment que la restructuration de leur portefeuille d’affaires n’a rien à voir avec les sanctions occidentales.

Partner Content