Qui sont ces électeurs conservateurs qui choisissent le Premier ministre britannique ?

Le Vif

Ils ne sont qu’autour de 200.000, contre 67 millions d’habitants au Royaume-Uni, mais vont choisir à eux-seuls le prochain Premier ministre britannique: les adhérents du Parti conservateur sont en moyenne plus âgés, plus blancs et plus souvent des hommes que la population. Voici le profil de cet électorat basé sur le Party Members Project (PMP)*

– Corps électoral –

Le Royaume-Uni est une démocratie parlementaire, de sorte que le chef de la majorité devient Premier ministre, sans obligation d’organiser des législatives en cas de changement de direction à mi-mandat. En vertu de ce processus, moins de 0,3% de la population du Royaume-Uni (qui compte au total 67 millions d’habitants) choisira le prochain dirigeant.

Le Parti conservateur n’a pas encore fourni le nombre exact d’adhérents éligibles. Un porte-parole a récemment déclaré que ce chiffre dépasserait les 160.000 personnes qui ont voté lors du dernier scrutin de ce type, qui s’était conclu par la victoire de Boris Johnson en 2019. La présidente du parti de l’époque, Amanda Milling, a déclaré l’an dernier qu’il y avait désormais environ 200.000 électeurs.

Peuvent voter les membres encartés au moins trois mois avant le scrutin. Ils ont jusqu’au 2 septembre pour exprimer leur choix, par correspondance ou en ligne. Le résultat sera annoncé le 5 septembre.

– Âge, sexe et origine ethnique –

Contrastant avec la grande diversité des candidats à la course à Downing Street, les adhérents conservateurs sont plus âgés, plus blancs et plus susceptibles d’être des hommes que la moyenne du pays. Près des deux tiers sont des hommes, contre une répartition quasiment égale entre les sexes au Royaume-Uni.

Une grande proportion – 39% – a plus de 65 ans, et un cinquième a entre 50 et 64 ans. A titre de comparaison, moins de 20% de la population britannique est âgée de 65 ans et plus, selon le bureau des statistiques nationales, l’ONS.

Le corps électoral du parti est également très majoritairement blanc : 96%, soit plus de 10 points de plus que la population globale.

– Brexit –

Lors du référendum sur le Brexit en 2016, 52% des Britanniques ont voté en faveur de la sortie de l’Union européenne. Au sein du Parti conservateur, l’opinion est beaucoup moins divisée: environ les trois quarts des membres sont pro-Brexit, selon le Party Members Project.

La ministre des Affaires étrangères Liz Truss, favorite dans les sondages, a défendu le maintien dans l’Union européenne en 2016 avant de devenir une fervente partisane du Brexit. A l’inverse, son concurrent Rishi Sunak a voté « leave ».

– Origine sociale –

Les membres du Parti conservateur sont généralement plus riches que l’électorat au sens large: 80% sont considérés comme appartenant aux classes sociales moyennes et supérieures, contre 57% des Britanniques selon l’institut YouGov.

– Répartition géographique –

Les adhérents se concentrent largement dans le sud de l’Angleterre – où vit un peu plus d’un tiers de la population totale – et notamment à Londres. Seulement un cinquième réside dans le nord de l’Angleterre et 6% en Écosse.

– Qualités de meneur –

La personnalité des candidats plutôt que leurs promesses politiques est citée comme un élément décisif du vote, indique un sondage YouGov mené au sein des membres du parti en juillet. Après les scandales ayant entaché le mandat de Boris Johnson, la moitié des adhérents interrogés ont déclaré que « l’honnêteté et l’intégrité » du nouveau dirigeant étaient importantes.

En termes de politiques, les sondés ont manifesté une volonté de retourner à un « conservatisme conventionnel », en mettant l’accent sur la baisse des impôts et des dépenses de l’État. Cela correspond au programme de Liz Truss, tandis que son rival Rishi Sunak se concentre sur l’équilibre budgétaire après l’impact de la pandémie de Covid.

* Une recherche de l’Université Queen Mary de Londres et de l’Université de Sussex publiée en 2020.

Partner Content