Olivia Ronen, avocate de Salah Abdeslam. © iStock

Procès des attentats de Paris: le ‘show’ Abdeslam pose déjà question

Le Vif

L’attitude vindicative de Salah Abdeslam a marqué la presse française et belge, au lendemain de l’ouverture du procès des attentats de Paris. Le comportement « d’un fanatisé qui n’a jamais voulu s’expliquer sur ses actes, encourt la perpétuité et considère ce procès comme un cirque », pose question.

« La cour découvre un jeune à la barbe noire, aux cheveux gominés et au teint un peu blafard », dépeint Libération, qui note le moment où, sur la question de ses conditions de détention, « Salah Abdeslam sort de ses gonds (…) visiblement très énervé. » Le quotidien français évoque également la sulfureuse présentation de l’accusé, qui n’a pas souhaité répondre à plusieurs questions du président de la Cour, comme lorsqu’on lui demande son adresse ou l’identité de ses parents.

« Salah Abdeslam perturbe le premier jour du procès à Paris », titre La Libre, qui pointe également la réaction d’Abdeslam, qui a « bondi » lorsque ses conditions de détention sont évoquées. « Faites attention aux gens. Dangereux ou pas dangereux, on est des hommes, des êtres humains. On a des droits. On est comme des chiens […] Cela fait plus de six ans que je suis emprisonné comme un chien. Je ne me suis jamais plaint. Mais je le fais maintenant car je sais qu’après ma mort, je serai ressuscité et vous devrez rendre des comptes », a-t-il lancé, très agité. « On n’est pas ici dans un tribunal ecclésiastique, mais dans un tribunal civil », a tranché le magistrat, à peine perturbé.

« Les provocations de Salah Abdeslam », titre le journal Le Monde, qui retient de cette première journée que « le seul survivant des commandos s’est présenté comme un « combattant de l’Etat islamique ». Il s’est également plaint de ses conditions de détention. »

« La justice au défi de la manipulation », titre pour sa part Le Figaro. Le quotidien décrit la difficile tâche de la justice comme « une profession de foi humaniste contre celle d’un fanatisé qui n’a jamais voulu s’expliquer sur ses actes, encourt la perpétuité et considère ce procès comme un cirque. »

Le Soir souligne un constat : « Dès le prélude, le doute n’est déjà plus permis : le principal accusé des massacres qui ont fait 130 morts rejette la justice des hommes. » De Morgen abonde : « Ces six années de prison n’ont pas changé l’homme », alors que HLN parle d’un « show Abdeslam ».

Les réactions virulentes, les diverses provocations et l’apologie de l’Etat islamique de Salah Abdeslam posent déjà question, dans un procès marathon qui devra trouver le juste équilibre entre le droit à la justice, la liberté d’expression et l’exposition médiatique surdimensionnée.

« L’inconnue »

Quelle sera l’attitude de Salah Abdeslam ? Le comportement du principal accusé, très vindicatif mercredi, sera suivi avec attention jeudi devant la cour d’assises spéciale de Paris, lors de la deuxième journée du procès des attentats du 13-Novembre.

L’audience de jeudi doit comme celle de la veille être consacrée uniquement à l’appel des parties civiles, mais la cour n’est pas à l’abri d’un nouvel éclat de la part de celui vers lequel tous les regards seront encore tournés.

A l’ouverture de ce procès « historique » et « hors norme », Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés à Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015, a affirmé qu’il avait « délaissé toute profession pour devenir un combattant de l’Etat islamique ».

Le Franco-Marocain de 31 ans, qui s’était montré plutôt mutique depuis son arrestation en Belgique en mars 2016, n’a pas hésité à prendre la parole… même quand il n’y était pas invité.

Le bref malaise d’un de ses coaccusés – au total 20 personnes sont jugées pendant neuf mois – a été l’occasion pour Salah Abdeslam de se lancer dans une diatribe à l’encontre de la justice française.

Debout, le masque enlevé, haussant le ton et l’index pointé vers la cour composée uniquement de magistrats professionnels, il lance que les accusés sont « traités comme des chiens ».

« Ici c’est très beau, il y a des écrans plats, de la clim mais là-bas (en prison) on est maltraités, on est comme des chiens », a éructé Abdeslam, accusé de complicités de crimes terroristes et qui encourt la perpétuité.

« Ca fait six ans que je suis traité comme un chien. Je ne me suis jamais plaint parce que je sais qu’après on sera ressuscité et que vous devrez rendre des comptes », a-t-il ajouté.

« Tribunal démocratique »

Imperturbable, le président de la cour Jean-Louis Périès ne s’est pas laissé impressionner par les provocations de l’accusé qui n’a reçu aucun écho parmi les dix autres hommes présents dans le box à ses côtés.

« Ici on n’est pas dans un tribunal ecclésiastique, on est dans un tribunal démocratique », a rappelé le magistrat.

En tout début d’audience mercredi, alors que la cour lui demandait de décliner son identité, Abdeslam avait déclaré qu' »il n’y a pas de divinité à part Allah et que Mohammed est son messager ».

Jeudi, la cour doit poursuivre l’appel des parties civiles, avant l’appel des témoins et la lecture du résumé du dossier vendredi. Les premiers témoins ne sont pas attendus à la barre avant lundi.

Pendant neuf mois – la plus grande audience criminelle jamais organisée en France -, la cour va se replonger dans ce titanesque dossier. Il est inédit par son ampleur – 542 tomes -, par son nombre de parties civiles – au moins 1.800 -, et par sa charge émotionnelle.

Les témoignages de rescapés et proches des victimes débuteront le 28 septembre, pour cinq semaines.

Dignité de la justice

Avant d’ouvrir les débats mercredi, de façon inhabituelle, le président de la cour a solennellement tenu à rappeler les règles d’un procès pénal, et notamment « le respect des droits de chacun, à commencer par les droits de la défense », invitant l’ensemble des parties à « garder à l’esprit cette finalité (…) de façon à maintenir la justice dans sa dignité ».

Le vendredi 13 novembre 2015, la nuit de terreur avait débuté à 21H16: trois kamikazes se font exploser aux portes du Stade de France, pendant une rencontre amicale de football entre la France et l’Allemagne.

Au coeur de Paris, deux commandos de trois hommes mitraillent à l’arme de guerre des terrasses de cafés et de restaurants et tirent sur la foule d’un concert au Bataclan, où l’assaut sera donné peu après minuit.

Six ans après cette nuit de cauchemar, onze accusés sont dans le box et trois comparaissent libres sous contrôle judiciaire.

Six autres accusés sont jugés en leur absence dont le donneur d’ordres et vétéran du jihad Oussama Atar, et les « voix » françaises de la revendication de l’EI, les frères Fabien et Jean-Michel Clain, tous trois présumés morts en Syrie.

(Avec Afp)

Partner Content