© belga

Odessa, perle de la mer Noire et poumon économique de l’Ukraine

Le Vif

La ville ukrainienne russophone d’Odessa (sud-ouest), que les troupes russes s’apprêtent à bombarder selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, est le principal port du pays, vital pour son économie.

Située dans la région du même nom, sur les bords de la mer Noire, Odessa compte une population cosmopolite de près d’un million de personnes.

Ville cosmopolite, symbolique pour la Russie

Fondée en 1794 par l’impératrice Catherine II, Odessa, située à 500 km au sud de la capitale ukrainienne Kiev, est une ville très symbolique pour la Russie. Elle a été la troisième ville de l’empire russe et son deuxième port.

En avril 2014, le président russe Vladimir Poutine avait lancé qu’elle ne faisait historiquement pas partie de l’Ukraine mais de la Novorossia (la Nouvelle Russie) qu’il aimerait voir constituée.

Qu’ils soient Ukrainiens ou Russes, les russophones y sont majoritaires. Prospère, la ville est cosmopolite, peuplée au fil de l’installation successive d’immigrants de toutes origines – Grecs, Bulgares, Turcs, Moldaves – dans la foulée de l’ouverture du canal de Suez (1869) et du développement du chemin de fer.

De 100.000 habitants en 1870, sa population a grimpé à 400.000 en 1900, puis 600.000 en 1913. Elle était estimée par l’ONU à 993.800 personnes en 2018 (dernier chiffre disponible).

Odessa abritait jusqu’aux années 1940 une très importante communauté juive, décimée par les massacres et les déportations.

Pulsions séparatistes

Proche de la Transdniestrie, région sécessionniste pro-russe de Moldavie, Odessa est parvenue – malgré ses divisions entre partisans de Kiev et de Moscou – à résister aux pulsions séparatistes qui ont entraîné un conflit armé (plus de 14.000 morts depuis 2014) dans les régions ukrainiennes rebelles de l’Est.

Elle a néanmoins traversé des périodes très tendues ces dernières années, et plusieurs mystérieuses explosions y ont visé des organisations pro-ukrainiennes.

Le 2 mai 2014, elle a été le théâtre d’une tragédie qui a coûté la vie à 48 personnes, principalement des prorusses, qui ont péri dans un incendie après avoir attaqué et tué des partisans de Kiev. Le drame, commémoré chaque année par les deux camps, a laissé des traces vivaces.

Port clé et station balnéaire

La ville abrite le port d’Odessa (spécialisé dans le pétrole et les métaux ferreux) et deux autres ports importants – Youjni (chimie) et Illytchyivsk (métaux et trafic de conteneurs)– sont situés dans la région d’Odessa.

C’est aussi l’un des principaux points de transit des exportations de céréales (orge, maïs) issues de ses très fertiles « terres noires ».

Ses industries pétrolières et chimiques sont reliées par des oléoducs stratégiques à la Russie et à l’Union européenne.

Le climat ensoleillé d’Odessa, ses plages et sa douceur de vivre en font par ailleurs une station balnéaire prisée des touristes en été, d’autant plus depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

Du « Cuirassé Potemkine » à la « capitale du crime »

C’est à Odessa qu’a été tourné en 1925 le chef-d’oeuvre du cinéma muet « Le cuirassé Potemkine », du réalisateur soviétique Sergueï Eisenstein, inspiré de l’un des épisodes les plus connus de la révolution russe de 1905.

La scène du landau qui dévale les escaliers d’Odessa est l’une des plus célèbres de l’histoire du cinéma.

La ville traîne par ailleurs une réputation tenace de « capitale du crime », entre réalité et légende.

Sophie Bluwstein y a créé une « école sur l’Art de voler » à la fin du XIXe siècle, tandis que Michka Iapontchik (« le petit Japonais »), le roi des voyous, a inspiré le personnage de Benia Krik dans les Contes d’Odessa d’Isaak Babel.

La ville a inspiré d’autres personnages d’escrocs rusés et insolents, comme Ostap Bender, héros de romans satiriques cultes dans l’ex-Union soviétique.

Sa réputation sulfureuse s’est exportée jusqu’aux Etats-Unis, où un quartier de New York, refuge des immigrants de l’ex-URSS et considéré comme le bastion de la mafia russe, a été baptisé la « Petite Odessa ».

Partner Content