Le système des castes en Inde ou l'identité figée. © getty images

Malheurs et grandeur de l’identité

Gérald Papy
Gérald Papy Rédacteur en chef adjoint du Vif/L'Express

Mais là où la tendance actuelle est de catégoriser les personnes dans des identités figées, Kwame Anthony Appiah relève qu’elles sont complexes, multiples et évolutives.

La question de l’identité est régulièrement instrumentalisée pour attiser les divisions. Dans ce contexte, il importe de revenir à l’histoire et aux faits pour faire triompher la raison. C’est ce à quoi s’attache brillamment le philosophe britannique Kwame Anthony Appiah dans Repenser l’identité (1).

« Les identités comptent pour les gens », rappelle-t-il, parce que « chaque identité vous permet de parler en étant un « je » parmi des « nous » et qu’elle vous donne « des raisons de faire des choses » ». Mais là où la tendance actuelle est de catégoriser les personnes dans des identités figées, Kwame Anthony Appiah relève qu’elles sont complexes, multiples et évolutives. « Même au niveau de la morphologie physique, il n’existe pas de division absolument tranchée des êtres humains en deux sexes. » L’auteur décrypte les différents domaines qui forgent les identités: les croyances, la citoyenneté (l’appartenance à une nation), la couleur (les identités ethnoraciales), la classe sociale et la culture. Pour lui, « la religion n’est pas, en premier lieu, une question de croyance ; […] le problème est que nous avons tendance à mettre en avant les détails de la croyance au détriment des pratiques communes et des communautés morales sur lesquelles s’appuie la vie religieuse ». Et si le nationalisme est souvent l’outil pour privilégier une identité au détriment d’autres, un sentiment national peut parfois naître au départ d’identités diverses. La preuve par Singapour qui, en définissant quatre catégories au sein de sa population (chinois, malais, indiens et autres) et en imposant par la manière forte le rejet de toute discrimination, tend à se muer d’une société multiraciale en une nation d’individus multiraciaux, par la multiplication d’unions interethniques.

(1) Repenser l'identité, Ces mensonges qui unissent, par Kwame Anthony Appiah, Grasset, 416 p.
(1) Repenser l’identité, Ces mensonges qui unissent, par Kwame Anthony Appiah, Grasset, 416 p.

Partner Content