Albert Kalonji. © Belga

La RDC prépare les obsèques de l’un des « des pères de l’indépendance », Albert Kalonji

La ville de Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï oriental (centre de la République démocratique du Congo), prépare les obsèques officielles d’Albert Kalonji-Ditunga Mulopwe, l’un des pères de l’indépendance congolaise, décédé en avril dans son village natal à l’âge de 84 ans, a rapporté l’agence de presse associée (APA), reçue mardi à Bruxelles.

M. Kalonji, né le 6 juin 1929 à Hemptinne près de Luluabourg (aujourd’hui Kananga), avait été l’un des cofondateurs, avec Patrice Lumumba – devenu ensuite le premier Premier ministre du Congo indépendant -, du Mouvement national congolais (MNC). Il avait milité pour l’indépendance et avait participé en janvier 1960 à la Table ronde de Bruxelles qui avait fixé la date de cette indépendance au 30 juin suivant.

Des dissensions avaient ensuite surgi avec M. Lumumba, aboutissant à la scission du MNC en deux branches, connues sous les noms de MNC-Lumumba et MNC-Kalonji. En 1960, Albert Kalonji, président du MNC-Kalonji, s’était proclamé empereur des Lubas et « président de l’État autonome du Sud-Kasaï ».

Cette indépendance de fait avait duré jusqu’en septembre 1962. A cette date, il avait été renversé lors d’un coup d’État militaire (instigué par son Premier ministre, Joseph Ngalula), s’exilant en Espagne.

Il était devenu ministre de 1964 à 1965 dans le gouvernement de l’ancien dirigeant sécessionniste du Katanga Moïse Tshombe. Il avait quitté le gouvernement peu avant le coup d’État du colonel Joseph-Désiré Mobutu le 24 novembre 1965. M. Kalonji est décédé le 20 avril et a été enterré dans son village natal, Katende.

Mais son décès n’a été annoncé qu’un mois plus tard, pour respecter une tradition locale, a précisé l’APA (indépendante).

Partner Content