Manifestation pro-Espagne dans les rues de Barcelone, le 29 octobre 2017. © AFP

Jusqu’à 1,3 million de Catalans pro-Espagne dans les rues de Barcelone

Le Vif

Des centaines de milliers de partisans de l’unité de l’Espagne ont déferlé dans les rues de Barcelone dimanche, deux jours après la déclaration d’indépendance du Parlement catalan qui a marqué une rupture sans précédent en 40 ans de démocratie.

A lire aussi: Puigdemont va-t-il demander asile à la Belgique ?

A lire aussi: Toute la Catalogne n’est pas pro-indépendance: « On est toujours en Espagne »

La grande manifestation s’est dispersée dans le calme après avoir défilé sur le Paseig de Gracia, inondé de drapeaux espagnols et catalans, et où résonnait régulièrement le slogan « Puigdemont, en prison! », en référence au président indépendantiste catalan destitué vendredi par Madrid.

Selon la police municipale ils étaient 300.000, tandis que la préfecture et les organisateurs évoquaient une participation allant d’un à 1,3 million de personnes.

La région vit les événements avec un grand sentiment d’incertitude, alors que Carles Puigdemont a appelé samedi ses partisans à s’opposer pacifiquement à l’Etat, qui tente de reprendre le contrôle après la déclaration d’indépendance de vendredi.

Oriol Junqueras, son numéro deux, a assuré dimanche dans une tribune que M. Puigdemont « est et restera le président » de la Catalogne et affirmé que lui-même ne reconnaîtrait pas les décisions de Madrid, qui a mis la région sous tutelle.

« La Catalogne, c’est nous tous! », semblait lui répondre le slogan de la manifestation organisée à l’appel de l’association Société civile catalane, opposée à la sécession.

Les séparatistes « vivent dans un monde parallèle, un peu surréaliste », jugeait Silvia Alarcon, une manifestante de 35 ans, « en colère » contre les sécessionnistes.

Le socialiste catalan Josep Borrel, ancien président du Parlement européen, a prononcé un discours vibrant, fustigeant les séparatistes, responsables selon lui « d’une tragédie historique »: la « fuite » d’un tiers des entreprises de plus de 50 salariés, qui ont transféré leur siège social hors de Catalogne, effrayées par l’instabilité.

La « déclaration unilatérale d’indépendance est illégale et illégitime », c’est « une folie qui nous a conduits au précipice », a aussi déploré un des organisateurs, Alex Ramos, rappelant que les indépendantistes n’avaient obtenu que 47% des voix lors des élections régionales de 2015.

Manifestation pro-Espagne dans les rues de Barcelone, le 29 octobre 2017.
Manifestation pro-Espagne dans les rues de Barcelone, le 29 octobre 2017.© Reuters

Les séparatistes sont majoritaires au parlement catalan, avec 72 sièges sur 135, par le jeu d’une pondération des voix favorisant les provinces rurales.

Vendredi soir ils avaient été des dizaines de milliers à célébrer la naissance de leur « République » dans plusieurs villes de Catalogne, divisée à parts quasiment égales sur la question de l’indépendance.

Le gouvernement du conservateur de Mariano Rajoy a mis en oeuvre le soir même, après autorisation du Sénat, l’article 155 de la Constitution pour prendre les rênes de la région et y « restaurer l’ordre constitutionnel ».

La numéro deux de son gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria, a été désignée pour diriger la Catalogne.

Pré-campagne électorale

Madrid a destitué le gouvernement catalan, dissous le parlement régional et convoqué des élections pour le 21 décembre.

« Votarem, votarem », (nous voterons) scandaient dimanche les manifestants, en reprenant le slogan des indépendantistes en faveur d’un référendum d’autodétermination.

La manifestation avait des airs de pré-campagne électorale.

Les trois principaux partis prônant le maintien de la région au sein de l’Espagne, Ciudadanos (libéral), le Parti socialiste catalan et le Parti populaire de M. Rajoy y ont participé, demandant à leurs partisans à se rendre massivement aux urnes.

Selon un sondage du quotidien El Mundo, les indépendantistes perdraient la majorité, en n’obtenant au maximum que 65 des 135 sièges.

L’enquête, réalisée avant la déclaration d’indépendance, accorde 42,5% des voix aux sécessionnistes et 54,5% aux non-indépendantistes.

La Catalogne, qui a toujours entretenu des relations complexes avec Madrid, a sa propre langue et sa culture, mais sur ses 7,5 millions d’habitants, plus de la moitié viennent d’ailleurs ou sont des enfants issus de familles d’autres régions d’Espagne.

Le défi institutionnel posé par les indépendantistes est sans précédent depuis que l’Espagne a retrouvé la démocratie en 1977, même si elle a aussi été secouée par les violences liées à la lutte de l’organisation séparatiste armée basque ETA, tenue pour responsable de plus de 800 morts et qui a renoncé à la violence il y a six ans.

Lundi, tous les regards seront rivés sur les fonctionnaires de la région, qui doivent reprendre le travail, cette fois sous les ordres de Madrid, et alors que M. Rajoy pourrait faire face à l’éventuelle désobéissance du gouvernement destitué. Ce dernier pourrait tenter de reprendre ses travaux, lui aussi.

« Pas de république catalane »

« Ils ne nous trompent pas: la Catalogne, c’est l’Espagne », ont crié des centaines de milliers de Catalans dans les rues de Barcelone, 48 heures après la proclamation de la « République catalane » venue renforcer leur « colère ».

La foule, d’une moyenne d’âge plus élevée que dans les rassemblements indépendantistes, s’est massée dès la fin de matinée sur le Passeig de Gracia – une des avenues barcelonaises les plus chics – encadrée par un important dispositif policier.

Entamant un paso doble sur l’air de « Y Viva Espana » de Manolo Escobar, Carmen Gutierrez, standardiste d’une compagnie d’assurance, 60 ans, brandit en tournoyant un immense drapeau espagnol.

Cette électrice du parti libéral Ciudadanos – fondé en Catalogne en 2005 pour contrer l’indépendantisme – déclare les sécessionnistes « coupables »: « Coupables de nous avoir divisés, coupables de nous avoir mis en danger avec nos retraites, coupables parce que les banques sont parties ».

Au moment où la « République catalane » a été proclamée vendredi au Parlement régional, elle était au travail. Elle a pensé que « cela n’irait pas très loin ».

« Les gens qui y ont cru, j’ai eu de la peine pour eux », ajoute cette Andalouse d’origine, vivant depuis longtemps dans la banlieue de Barcelone.

Les manifestants sont 300.000 selon la police municipale, un million selon la préfecture.

« Les rues ne sont pas qu’aux indépendantistes », triomphe un des organisateurs, Alex Ramos, médecin et militant socialiste.

Des pancartes clament « Ensemble », « Non au coup d’Etat » ou « Catalogne ma terre, Espagne mon pays ».

« Il ne peut pas y avoir de république catalane. Deux millions de personnes ont bien voté » au référendum d’autodétermination interdit du 1er octobre « mais il y a 7,5 millions de Catalans », rappelle Oscar Torres, manifestant de 83 ans.

« Il faut trouver une solution qui puisse satisfaire l’ego des séparatistes et l’ego des autorités espagnoles », conclut ce retraité, estimant que « les séparatistes sont très bien organisés, visibles » mais les partisans du maintien en Espagne « beaucoup plus nombreux ».

‘Un peu d’ordre’

Chaque hélicoptère de la police nationale qui survole le rassemblement est acclamé, alors qu’il était hué lors des manifestations pro-indépendance.

Les indépendantistes « ne peuvent pas changer le cours de l’histoire comme ça, illégalement, on ne va pas se laisser dominer », lance Jesus Cosano, un infirmier de 34 ans installé à Barcelone depuis six ans.

Ancien électeur du Parti populaire (PP) du chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy passé à Ciudadanos, Jesus est amer: « Ils nous appellent +fascistes+ parce qu’on porte le drapeau espagnol… On a perdu des amis parce qu’on ne pouvait plus avoir une conversation normale, on en arrivait à la confrontation ».

Beaucoup crient Carles « Puigdemont, en prison », en référence au président catalan destitué vendredi par Madrid.

Des manifestants enveloppés dans la bannière rouge et or vocifèrent: « Moi oui, je suis Espagnol! »

Retraité du secteur financier, Jose Maria Garcia, électeur socialiste de 74 ans, s’en va « content et pas content »: « Je ne suis pas très ami des drapeaux et ici, il y a peut-être 20% d’exaltés de droite, de fascistes ou d’anti-catalanistes, qui ne vont pas avec moi », dit ce « socialiste internationaliste ».

Catalan né en Aragon, le retraité a pourtant manifesté parce qu’il juge le processus sécessionniste « totalement néfaste » et assure: « Les indépendantistes racontent des histoires, ils enfreignent les lois dans leur propre parlement et Puigdemont est issu du parti le plus corrompu de Catalogne ».

Et d’ajouter au sujet de la mise sous tutelle de la Catalogne par l’Etat espagnol: « Ca ne me fait pas peur si c’est bien appliqué mais j’espère qu’à Madrid, ils ne diront pas: +tous en prison+ ».

Santiago Cortes Perez, ancien patron d’une entreprise de maçonnerie, 72 ans, arrivé « à l’âge de six mois d’Andalousie », sourit en disant « Il est temps de mettre un peu d’ordre » et ajoute: « Les indépendantistes avaient pris la démocratie comme un chèque en blanc pour faire ce qu’ils voulaient ».

Il vote PP aux élections législatives – comme seulement 13% de l’électorat catalan en 2015 – et constate que c’est une formation « impopulaire en Catalogne parce qu’elle est vue comme une référence du franquisme ».

« Il faut dire que le PP ne s’est pas préoccupé suffisamment de la Catalogne », ajoute-t-il, concluant: « Il faut l’ordre mais aussi un peu de tendresse ».

Partner Content