Inde : environ 23.000 personnes ont fui les violences ethniques dans le nord-est

Quelque 23.000 personnes ont fui les violences ethniques qui secouent le nord-est de l’Inde et auraient fait au moins 54 morts, a déclaré l’armée dimanche, soulignant cependant l’absence d’ »incident majeur » au cours de la nuit.

Les troubles ont éclaté dans l’État de Manipur où une marche de protestation organisée mercredi par un groupe tribal a dégénéré en affrontements, au cours desquels des véhicules et des maisons ont été incendiés.

L’armée a déployé des milliers de soldats dans cet État frontalier de la Birmanie et a donné l’ordre de « tirer à vue » dans des « cas extrêmes ». Des couvre-feux ont été imposés et internet a été coupé.

Aucun incident majeur n’a été signalé au cours de la nuit de samedi à dimanche et le couvre-feu a été levé dans le district de Churachandpur, l’une des principales zones de tension, a indiqué l’armée dans un communiqué.

L’armée a dit avoir considérablement renforcé ses efforts de surveillance aérienne au cours des dernières 24 heures. « Au total, 23.000 civils ont été secourus jusqu’à présent et ont été transférés vers nos bases d’opérations ou garnisons militaires », a-t-elle précisé.

Les autorités n’ont pas donné de bilan officiel mais les morgues des hôpitaux d’Imphal, la capitale de l’État, et de Churachandpur ont dit avoir reçu au total 54 corps, selon les médias locaux.

Des groupes tribaux sont mécontents de la perspective de voir la communauté Meitei, majoritaire dans l’État, reconnue dans la catégorie des « tribus répertoriées », une désignation qui leur donnerait accès à un quota d’emplois dans la fonction publique et de places dans les universités dans le cadre d’une politique de discrimination positive. 

« Ils nous attaquent nous, les Kukis »

Issu de la minorité Kuki, L. Sanglun Simte, 29 ans, s’est réfugié avec 11 membres de sa famille à l’extérieur de l’aéroport d’Imphal où il campe depuis samedi.

« Nous avons fui pour nous mettre à l’abri (…). Ils nous attaquent nous, les Kukis », a-t-il déclaré à l’AFP, affirmant que son cousin, Siemcha Gangte, 49 ans, avait été tué par la foule jeudi et que sa maison avait été incendiée.

« Les agresseurs disent que nous sommes des étrangers et que nous devons quitter Imphal. Lorsqu’ils nous ont attaqués, la police locale ne nous a pas aidés. Seule la présence des forces centrales a permis d’améliorer la situation sur le terrain », a-t-il témoigné.

Le nord-est de l’Inde a connu plusieurs décennies de troubles entre groupes ethniques et séparatistes, qui cherchent à obtenir plus d’autonomie, voire à faire sécession.

Au moins 50.000 personnes ont été tuées au Manipur depuis les années 1950. Ces conflits se sont atténués au fil des ans, de nombreux groupes ayant conclu des accords avec New Delhi pour obtenir davantage de pouvoirs. 

Partner Content