Photo prise à Odessa, dans le sud de l'Ukraine ce jeudi. © iStock

Guerre en Ukraine: budget, arsenal… l’énorme différence militaire entre les deux pays (infographie)

Eglantine Nyssen
Eglantine Nyssen Journaliste au Vif

La Russie envahit chaque heure un peu plus l’Ukraine, avec un arsenal militaire bien plus important que celui de ses voisins.

Alors que Vladimir Poutine a lancé une offensive contre l’Ukraine ce jeudi 24 février, et que des combats continuent de plus belle ce vendredi. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a assuré que l’objectif de l’invasion russe de l’Ukraine était de « libérer » les Ukrainiens « de l’oppression », laissant entendre que Moscou comptait renverser le pouvoir en place. Le Vif fait le point sur la différence des forces militaires en présence. Les Ukrainiens, en grande partie encore dotée d’équipements soviétiques, ne font pas le poids.

Suivez la situation en direct dans notre live

Après l’annexion de la Crimée par Moscou en 2014, l’Ukraine avait lancé une modernisation de ses forces notamment grâce à une aide militaire croissante des Occidentaux. Mais le rapport de force des Russes reste écrasant. Plus de cinq fois plus de personnel militaire actif. Un chiffre de l’AFP qui en dit long sur la grande différence entre les armées russes et ukrainiennes.

« Les Ukrainiens sont dans une situation militaire impossible avec une maîtrise du ciel totale par les Russes », constate François Heisbourg, conseiller spécial à la Fondation de la recherche stratégique (FRS) à Paris à l’AFP. « Ca ressemble en version XXIe siècle aux grandes guerres en Europe du XXe. Les forces russes arrivent par Kharkiv (dans l’est du pays) suivant les bons classiques de 1941 et 1943 pour prendre à revers les troupes ukrainiennes dans leurs tranchées, qui n’auront d’autre solution que de se rendre après avoir chèrement vendu leur peau », explique-t-il.

L’offensive conventionnelle russe pourrait enfin s’accompagner d’une vague de cyberattaques visant les infrastructures stratégiques ukrainiennes. Plusieurs sites internet gouvernementaux ukrainiens ont été bloqués dès mercredi, après avoir déjà été ciblés en janvier.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content