. © Getty

Fact-check: oui, la Russie pourrait couper l’internet mondial

Celine Bouckaert
Celine Bouckaert Journaliste au Vif

A en croire plusieurs médias français, le président russe Vladimir Poutine pourrait débrancher l’internet dans le monde. Il lui « suffirait » de couper les câbles posés sur les fonds marins. Une menace réelle ? Le point avec Axel Legay, professeur de cybersécurité à l’UC Louvain.

Le 24 février dernier, l’armée de Vladimir Poutine a envahi l’Ukraine. Immédiatement, l’Occident a réagi en imposant une série de sanctions lourdes à la Russie. Si l’OTAN a décidé de ne pas intervenir directement, les pays de l’alliance fournissent des armes aux Ukrainiens. En représailles, la Russie pourrait couper le gaz à l’Europe, mais aussi l’internet, une coupure qui catapulterait l’humanité deux siècles en arrière. Aujourd’hui, les océans recèlent plus de 400 câbles qui fournissent 99% de l’internet mondial.

Pour Axel Legay, il n’est pas impossible que la Russie sectionne quelques câbles, d’autant qu’elle a déjà tenté de le faire. « Très récemment, un navire-espion a suivi des câbles entre l’Irlande et les Etats-Unis pour savoir où ils se trouvaient exactement. »

A quel point ces câbles sous-marins sont-ils menacés?

Axel Legay : Quand on parle de cybersécurité, on pense souvent qu’il s’agit uniquement d’une menace software, mais tout repose sur une architecture matérielle : des câbles sous-marins, et des stations d’atterrissage qui sont l’endroit où le câble sort de la mer. On peut donc bloquer et espionner comme on le ferait avec des logiciels en utilisant ces infrastructures qui sont beaucoup moins sécurisées. Les pays européens investissent beaucoup dans la protection des logiciels, mais n’investissent pas assez dans la protection de leur infrastructure et il est donc possible de sectionner des câbles.

Si on coupait trop de câbles, les données seraient ralenties, mais on peut aussi envisager d’espionner, en installant des mouchards. On peut donc faire sur le matériel exactement les mêmes choses que sur le logiciel, sauf que le matériel est moins bien protégé, parce qu’historiquement on pensait que comme il passait sous l’eau, ce serait moins nécessaire de le protéger, mais ce n’est pas tout à fait le cas.

Si la Russie décidait de couper certains de ces câbles, aurions-nous un casus belli ?

La Russie a déjà coupé des câbles terrestres en 2014 lors de l’annexion de la Crimée. Il faut se demander à qui appartiennent ces câbles. Au départ, ils étaient la propriété d’opérateurs souvent français, américains, maintenant ils appartiennent aussi à des GAFAM tels que Google. En cas de coupure de câbles qui passent dans les eaux territoriales, il s’agit d’une attaque contre le pays concerné. S’ils se trouvent dans les eaux intercontinentales qui n’appartiennent à aucun pays, ce n’est pas une attaque contre un pays. Après, cela peut être une attaque contre une firme, ce qui rend les choses beaucoup plus compliquées.

Au-delà d’une guerre, il y a aussi tout un business derrière ces éventuelles coupures. Pour l’instant, ces câbles sont surtout américains. Beaucoup de serveurs internet et de données sont stockés aux Etats-Unis, donc le trafic va beaucoup vers l’Amérique, mais il y a des pays qui aimeraient qu’il aille chez eux. Cela rendrait assez bien service à la Chine que la Russie coupe un câble ou deux vers les Etats-Unis, par exemple.

Est-il possible de supprimer totalement internet ?

Il faudrait que la Russie coupe beaucoup de câbles. Il faudrait qu’elle détourne beaucoup de protocoles de routage, les protocoles qui utilisent vos données pour aller d’un point A à un point B. Cependant, en coupant un certain nombre de câbles, elle pourrait déjà ralentir le réseau. Il faut savoir que les transactions financières passent toutes par internet et donc si vous ralentissez le réseau, forcément vous ralentissez l’économie de certains pays.

Le flux de données entre les continents ne fait qu’augmenter, ce qui le ralentit déjà naturellement. Si en plus vous perturbez le système, vous ralentissez vraiment tout le trafic. Ce qui fait plus peur qu’une destruction totale, c’est de rendre le réseau impraticable. C’est comme si vous aviez un ordinateur de quinze ans, dont les programmes ne fonctionnent plus.

Cependant, il ne faut pas oublier que la Russie a aussi des données qui transitent par ces câbles. Ces câbles intercontinentaux profitent à tout le monde, y compris aux Russes. Il faut savoir que leurs amis chinois en possèdent beaucoup aussi. Et qu’au fond celui qui possède le câble, régule ce qui passe par le câble. On pourrait donc très bien imaginer que certains câbles soient coupés et pas d’autres parce qu’on sait à qui appartient tel câble. Et on pourrait ensuite décider que certaines personnes ou certains pays n’ont plus accès à certains câbles.

Les satellites pourraient-ils nous approvisionner en internet?

Non, ils sont vraiment inférieurs en termes de vitesse et surtout c’est beaucoup plus cher. Si on passe tout par les satellites plutôt que par le sol, on multiplierait les factures des gens par trois ou par quatre minimum.

Une société sans internet est-elle totalement inconcevable ?

On estime qu’il y a jusqu’à 10 000 milliards de dollars de transactions financières par les câbles sous-marins par jour. Juste ralentir ces transferts ferait tomber les marchés. Nous retournerions dans les années 1800. C’est ce qu’on risque aujourd’hui.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content