© iStock

Voyages vers l’UE: l’état sanitaire du voyageur devrait davantage prévaloir

Le Vif

Les ministres en charge des Affaires européennes ont mis à jour mardi, à Bruxelles, la recommandation de l’UE sur la restriction des déplacements non essentiels vers l’UE, pour raisons sanitaires. Dès le 1er mars prochain, les restrictions liées à la Covid-19 devraient être appliquées en tenant compte non seulement de la situation dans le pays tiers mais aussi du statut sanitaire de chaque personne, selon un communiqué du Conseil.

Les États membres devraient donc, dit l’UE, autoriser les déplacements non essentiels pour les personnes vaccinées avec un vaccin approuvé par l’UE ou l’OMS, les personnes rétablies et toutes les personnes en provenance d’un pays figurant sur la liste ad hoc de l’UE. Pour certains de ces voyageurs, des mesures supplémentaires telles que la réalisation de tests PCR avant le voyage pourraient s’appliquer.

C’est l’accroissement du taux de vaccination et l’utilisation de plus en plus généralisée, dans les pays tiers, de certificats équivalents au certificat numérique européen qui autorisent ce passage à une approche plus individualisée. La Commission européenne, exhortent les ministres, devrait même envisager une suppression prochaine de la liste UE de pays, pour passer à une approche purement fondée sur la personne.

Le mois dernier, l‘UE avait déjà actualisé dans le même sens ses recommandations concernant les voyages intra-UE, pour mieux prendre en compte une approche individualisée, fondée sur le statut sanitaire du voyageur.

Partner Content