La Guerre d'hiver © Getty

Pourquoi la Finlande veut désormais absolument entrer dans l’OTAN

Après des décennies de neutralité et de coopération économique avec la Russie, la Finlande opte résolument pour l’OTAN.

Jusqu’à récemment, la question de l’adhésion à l’OTAN n’était pas à l’ordre du jour en Finlande. Dans les sondages, le soutien à l’adhésion à l’OTAN oscillait généralement entre 20 et 30 %. Mais depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ce vieux consensus a volé en éclats. Selon le dernier sondage réalisé par la Finnish National Broadcasting Corporation, pas moins de 62 % des Finlandais sont désormais favorables à l’adhésion à l’OTAN. Le ministre finlandais de l’Economie, Mika Lintilä, envisage une adhésion de la Finlande « d’ici l’été ».

Ce bouleversement est sans précédent. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Finlande a fait tout ce qui était en son pouvoir pour ne pas offenser son Grand Voisin. Pendant des décennies, Helsinki a poursuivi une politique de neutralité, optant pour la coopération économique et subordonnant sa politique étrangère aux intérêts soviétiques.

Les images de la guerre ukrainienne évoquent des souvenirs douloureux pour de nombreux Finlandais. De novembre 1939 à mars 1940, la Finlande a mené une guerre similaire contre l’Union soviétique. La « Guerre d’hiver », au cours de laquelle la chétive armée finlandaise a tenu tête à l’Armée rouge pendant 105 jours, est considérée comme l’histoire fondatrice de la nation finlandaise moderne, une histoire unique d’outsider où David a vaincu Goliath. « L’armée finlandaise souffrait d’une pénurie aiguë d’à peu près tout« , explique Lasse Laaksonen, historien militaire à l’université de la défense nationale de Finlande. « Au début de la guerre, nous avons dû grappiller des casques dans différents pays. Nous n’avions pratiquement pas de force aérienne ni de véhicules blindés. Les soldats devaient se contenter d’un bonnet, d’une ceinture et d’un fusil.

Alors que l’armée soviétique sort l’artillerie lourde, les Finlandais répondent avec ingéniosité et improvisation. Les armes à sous-munitions de l’armée soviétique – que Viatcheslav Molotov, ministre des Affaires étrangères de l’Union soviétique, avait un jour qualifiées de « paniers à pain » – ont été contrées par ce que les Finlandais ont appelé par dérision des « cocktails Molotov ». « Les Finlandais ont utilisé le paysage au maximum de ses possibilités », explique Laaksonen. « Contrairement aux soldats soviétiques, qui venaient principalement des régions du sud, les soldats finlandais étaient habitués à se battre dans le grand froid. Comme nous n’avions pratiquement pas de blindés, nous avons attiré les Soviétiques dans les bois, où ils ont dû se battre d’homme à homme et où les Finlandais avaient l’avantage. A l’instar des Ukrainiens aujourd’hui, nous avons utilisé la technique de la saucisse : si vous détruisez la tête et la queue d’une colonne de chars, les autres chars ne peuvent pas bouger ».

Ce n’est pas le seul parallèle entre la Guerre d’hiver et la guerre actuelle en Ukraine. Lors de la Guerre d’hiver, le « petit voisin » a également été terriblement sous-estimé. « L’Union soviétique pensait que la guerre ne durerait que quelques jours », explique Pia Koivunen, historienne à l’université de Turku. La plupart des soldats soviétiques n’étaient pas habitués à combattre dans des conditions de froid. L’armée soviétique n’avait pas fourni suffisamment de vêtements chauds. En outre, la brutalité de l’attaque a poussé la société finlandaise, jusque-là divisée, à s’unir contre un ennemi commun ». La manière dont la Finlande a réussi à rallier la presse internationale à son côté pendant la Guerre d’hiver et a ainsi reçu des armes de divers pays européens rappelle également l’impressionnant exercice de relations publiques qui a permis au président ukrainien Volodymyr Zelensky d’obtenir du soutien partout dans le monde.

Le « Talvisodan henki » (« l’esprit de la guerre d’hiver ») est encore aujourd’hui le récit national derrière lequel les Finlandais s’unissent. En temps de crise, la société finlandaise met ses différences de côté, telle est l’idée. D’une certaine manière, la défense finlandaise applique toujours les leçons de la Guerre d’hiver. La stratégie dite de « sécurité étendue » repose sur la philosophie selon laquelle les conflits ne se règlent pas uniquement par des bombes et des grenades, mais aussi par la logistique, la coordination et la capacité d’une société à continuer de fonctionner en temps de crise. L’armée finlandaise compte relativement peu de soldats professionnels, mais en temps de crise, elle peut être complétée par 280 000 réservistes bien entraînés. La nourriture, le carburant et les médicaments sont stockés en grandes quantités. Presque tous les grands bâtiments ont des abris antiaériens. Les services gouvernementaux et les entreprises élaborent de vastes plans d’évacuation pour toutes sortes de situations de crise. « L’idée est qu’en cas de besoin, vous pouvez transformer la société en une grande machine logistique « , explique Laaksonen.

Au sein de l’OTAN, la candidature de la Finlande est accueillie à bras ouverts. Contrairement à la majorité des pays européens, la Finlande n’a jamais réduit fortement son budget de défense. L’armée finlandaise est bien organisée. Depuis la Guerre froide, il existe un consensus en Finlande selon lequel l’armée doit être si forte que la Russie ne songerait même pas à nous attaquer« , explique Laaksonen. Pendant longtemps, nous avons pensé que cela suffirait. Mais la guerre en Ukraine montre que nous ne pouvons plus faire confiance à la Russie« .

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content