Place des femmes dans les conseils d’administration: du changement dans l’Union européenne

Les 27 se sont accordés ce lundi pour renforcer la place des femmes dans les conseils d’administration.

Après des années d’impasse, les ministres des 27 Etats membres de l’UE en charge de l’Emploi et des Affaires sociales sont parvenus à une position commune ce lundi à Bruxelles, en vue d’un meilleur équilibre hommes-femmes dans les conseils d’administration.

A une large majorité, les ministres se sont positionnés en faveur d’une directive concernant les administrateurs des sociétés cotées en Bourse. Chaque pays pourra choisir entre deux obligations pour ses entreprises cotées: soit 40% minimum de membres du sexe sous-représenté parmi les administrateurs non exécutifs, soit 33% au moins parmi tous les membres d’un conseil d’administration. Et ce, d’ici 2027.

Lire aussi: Présence de femmes dans les CA: où en sont les entreprises publiques? (infographie)

Souplesse pour certains

Une certaine souplesse est introduite pour les Etats membres qui auraient déjà pris des mesures ou instauré un objectif chiffré. En octobre 2021, selon le Conseil, « seuls 30,6 % des membres des conseils d’administration et à peine 8,5 % des présidents des conseils étaient des femmes dans l’Union européenne ».

La Belgique, qui a déjà une loi fixant un quota d’un tiers dans les conseils d’administrations (sociétés cotées et entreprises publiques autonomes), a soutenu la proposition de directive.

La proposition de directive prenait la poussière depuis une décennie, mais la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avait annoncé son intention de faire avancer le dossier. La présidence tournante française du Conseil de l’UE a également soutenu cet objectif.

Reste maintenant à mener les négociations avec le Parlement européen pour parvenir à un compromis.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content