La reine Elizabeth et le duc d'Edimbourg entourés de leurs enfants © Getty

Les pires moments (familiaux) du règne d’Elizabeth II

Celine Bouckaert
Celine Bouckaert Journaliste

Le règne d’Elizabeth II, entamé il y a 70 ans, n’a rien d’un long fleuve tranquille : divorces de ses enfants, incendie du château de Windsor, décès de Diana, disgrâce de son fils préféré, divulgations de Harry et Meghan… Retour sur un règne émaillé de scandales familiaux.

Née à Londres le 21 avril 1926, la petite princesse Elizabeth n’était pas destinée à coiffer la couronne britannique. Elle grandit même dans une certaine insouciance. Cependant, fin 1936, son oncle Edouard VIII abdique pour épouser Wallis Simpson, une Américaine deux fois divorcée. Le père d’Elizabeth, un homme timide et bègue, devient alors George VI.

La fillette emménage dans l’austère palais de Buckingham et sera instruite à domicile avec sa sœur Margaret. A 21 ans, elle épouse l’officier Philip Mountbatten, fils du prince André de Grèce. Le 6 février 1952, alors qu’elle effectue un voyage au Kenya, la princesse apprend la mort de son père. Elle retourne immédiatement au Royaume-Uni puis est couronnée le 2 juin 1953. A 25 ans, elle devient souveraine du Royaume-Uni, du Canada, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, d’Afrique du Sud, du Pakistan et de Ceylan (l’actuel Sri Lanka). Déjà mère de deux enfants, Charles (1948) et Anne (1950), au moment de son couronnement, Elizabeth II donnera encore naissance à Andrew (1960) et Edward (1964).

« Annus horribilis »

L’année 1992 sera probablement la pire année de son règne : Elizabeth la qualifie d’ailleurs elle-même d’ »annus horribilis ». « 1992 n’est pas une année dont je me souviendrais avec un plaisir inaltéré. Selon les mots de l’un de mes correspondants les plus sympathiques, elle s’est avérée être une annus horribilis. Je pense que je ne suis pas la seule à le penser », déclare-t-elle où ? .

En mars, le prince Andrew se sépare officiellement de son épouse Sarah Ferguson après six ans de mariage. En avril, la princesse Anne divorce de son premier mari, le capitaine Mark Philips. En décembre, elle se remariera toutefois avec le Sir Timothy Laurence, mais selon le rite presbytérien écossais, car l’Église anglicane n’autorise pas le remariage de divorcés.

Le prince Andrew et Sarah Ferguson – Getty Images

En juin, le livre de Diana, Diana: Her True Story, dévoile ses malheurs conjugaux, ses amants, et la liaison de Charles avec Camilla Parker-Bowles, qu’il fréquentait déjà avant son mariage et qu’il a d’ailleurs épousé en 2005. En décembre, Charles et Diana se sépareront officiellement.

Le mariage de Charles et Diana, en 1981. (Getty Images)

Pour couronner le tout, le 20 novembre 1992, le château de Windsor est touché par un incendie ravageur.

Décès de la princesse Diana

Le 31 août 1997, pourchassée par des paparazzis, Diana, l’ex-belle-fille de la reine, décède tragiquement lors d’un accident de voiture à Paris. La mort de la princesse, âgée de seulement 36 ans,  suscite une émotion gigantesque. L’absence de drapeau en berne à Buckingham suscite les critiques, et la reine est accusée de froideur. La veille des funérailles, la souveraine finira par prononcer une allocution en hommage à la princesse.

La disgrâce du prince Andrew

Le 20 novembre 2019, Andrew, considéré comme le fils préféré de la monarque, se met en retrait de la vie publique en raison de ses liens avec le défunt financier américain Jeffrey Epstein, accusé d’avoir exploité sexuellement des jeunes filles mineures des années durant et qui s’est suicidé en prison.

Le 10 août 2021, Virginia Roberts porte plainte contre le prince Andrew. Elle l’accuse de l’avoir agressée sexuellement lorsqu’elle avait 17 ans. En janvier 2022, Andrew est déchu de ses titres militaires et parrainages d’associations, au lendemain du refus de la justice américaine de classer la plainte au civil. Un mois plus tard, ses avocats concluent un accord avec Virginia Roberts, stipulant qu’Andrew devra verser 12 millions de livres sterling pour faire cesser les poursuites.

Les accusations d’Harry et Meghan

En 2020, les ducs de Sussex annoncent leur retrait de la famille royale. Le petit-fils de la reine et son épouse renoncent à leurs fonctions royales et déménagent en Californie. Un an plus tard, ils accordent un entretien-confession à la star de télévision américaine Oprah Winfrey qui a l’effet d’une bombe. Harry et Meghan n’épargnent rien ni personne, si ce n’est la reine elle-même. Le couple accuse « la Firme », surnom de la royauté, d’avoir manqué de soutien et fait preuve de racisme envers sa femme Meghan, qui est métisse. « Quel que soit ce que la famille royale attendait de cette interview, c’était pire », écrit le Times.

(Getty Images)

Ces scandales n’ont pas rejailli sur la réputation de la reine : elle demeure de loin le membre de la famille royale britannique le plus populaire. Selon un sondage Ipsos réalisé en mars dernier, la reine récolte 69% d’opinions favorables, contre 43% seulement pour le prince Charles, héritier du trône. 42% des Britanniques préféreraient d’ailleurs que Charles abdique en faveur de William, beaucoup plus apprécié que son père (64%).

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content