60 bungalows sont partis en fumée dans l'un des plus grands campings d'Europe, au Grau-du-Roi

La France se prépare à une vague de chaleur très précoce: 150 hectares partis en fumée dans le Gard

Le Vif

La France et l’Espagne vont affronter cette semaine une nouvelle vague de chaleur particulièrement précoce, nouvel avant-goût d’une planète qui se réchauffe, dans un contexte de sécheresse exceptionnelle des sols qui fait craindre pertes de récoltes et incendies dans l’Hexagone.

Il fera en effet au moins 30°C partout sur le territoire français, avec des pointes à 40°C. En Espagne, on attend même localement jusque 43°C.

Une dépression localisée entre les Açores et Madère ramène progressivement sur l’Europe occidentale de l’air très chaud en provenance du Maghreb. La péninsule ibérique est déjà touchée, avec des températures de plus de 40°C attendues notamment en Espagne. Une grande partie de ce pays se prépare ainsi à une vague de chaleur inhabituellement précoce, avec des températures atteignant 43°C à Séville et Cordoue, dans le sud du pays.

Selon les prévisions de l’institut météorologique espagnol AEMET, les températures devraient atteindre 38 à 39°C dans la capitale Madrid et, plus au nord, dans la ville de Saragosse. Pendant ce temps, les thermomètres devraient afficher des valeurs autour de 35°C sur l’île populaire de Majorque. Au cours de la nuit, les températures devraient descendre à environ 20°C dans une grande partie du pays. Un peu de répit est attendu pour le week-end, où les températures devraient à nouveau descendre sous les 40°C dans le sud de l’Espagne.

En août dernier, un niveau de chaleur record de 47,4°C avait été enregistré à Montoro, dans la région d’Andalousie.

Cet air chaud va également arriver en France mardi par le Sud-Ouest, où les températures pourraient déjà atteindre 35-36°C, avant de se diffuser d’abord sur toute la moitié sud mercredi puis vers le nord. Pour la moitié sud, « le gros pic de chaleur sera jeudi, vendredi et samedi, avec 35 à 38°C », voire 40°C localement, probablement dans le Sud-Ouest, a précisé lundi à l’AFP Frédéric Nathan, prévisionniste à Météo-France.

La vague de chaleur la plus précoce

Si cet épisode pourrait être plus court dans la moitié nord, le mercure va malgré tout aussi grimper, avec autour de 35°C vendredi à Rennes ou à Paris. Et il fera chaud partout samedi, avec des températures généralement entre 34 et 38°C, avant des orages attendus dimanche.

Cette vague de chaleur devrait être, à l’échelle nationale, la plus précoce depuis le début des mesures, selon Météo France. Cette vague de chaleur intervient après un printemps particulièrement chaud et sec qui a provoqué sur une grande partie de l’Hexagone une sécheresse des sols qui fait craindre pour les récoltes et crée des conditions propices aux incendies. Au 1er juin, l’indice d’humidité des sols atteignait une valeur habituellement rencontrée à la mi-juillet. Les orages de début juin ont légèrement amélioré les choses, mais la situation s’est encore dégradée dans certaines régions, notamment le Sud-Est. Dans ce contexte, 35 départements ont mis en place des restrictions d’utilisation de l’eau, selon le site officiel Propluvia.

60 bungalows et 150 hectares partis en fumée dans le Gard

Le département du Gard, en France, a connu lundi plusieurs départs de feu importants, dont l’un a détruit 60 bungalows dans l’un des plus grands campings d’Europe, au Grau-du-Roi, et près de 150 hectares ont été brûlés.

D’importants moyens ont été déployés depuis le début de l’après-midi par les pompiers du Gard, qui vont recevoir le renfort de 240 sapeurs-pompiers des départements voisins.

Sept Canadairs ont effectué de nombreux largages à Serviers, à une vingtaine de kilomètres au nord de Nîmes, où 100 hectares de forêt ont brûlé, selon un communiqué des pompiers publié à 19H30.
A Ledenon, commune proche du célèbre Pont du Gard, 25 hectares de sous-bois, de forêt et de broussailles sont partis en fumée.

Une soixantaine de pompiers, aidés de leurs collègues du Vaucluse, étaient engagés pour protéger des habitations, dont un haras avec une trentaine de chevaux. Non loin de là, à Blauzac, où les Canadairs sont également intervenus, 20 hectares supplémentaires ont brûlé, selon la même source.

« La multiplication des départs (de feu) dans un délai très proche rend difficile l’action des secours« , ont souligné les sapeurs-pompiers, en exhortant la population à « la plus grande vigilance » en cette « période à risques ».

C’est au Grau-du-Roi, station balnéaire du littoral gardois, que le premier incendie de la journée s’était déclaré, peu avant 14H00, au sein du camping de l’Espiguette, qui compte plus de 2.000 emplacements répartis sur 42 ha entre mer et Camargue.

« 60 bungalows, situés sur un seul îlot du camping, sont entièrement détruits« , a indiqué la préfecture du Gard. En fin d’après-midi, le feu était « circonscrit sur cette zone ».

« Les actions de noyage et de déblaiements sont en cours. Une partie du dispositif sera maintenu en surveillance une partie de la nuit », ont précisé les pompiers en début de soirée. Aucun blessé n’a été à déplorer parmi les 3.000 vacanciers enregistrés lundi sur le registre du camping, selon la préfecture.

« Les vacanciers ont été mis en sécurité ou ont quitté la zone par leurs propres moyens vers le palais des congrès de la ville et le yacht club: plus aucune personne n’est en danger dans le camping« , selon la même source, qui n’était pas en mesure de préciser dans l’immédiat le nombre exact de personnes évacuées.

« Les autres campings situés aux alentours ont été sollicités pour accueillir éventuellement ce lundi soir les vacanciers évacués. Une cellule d’urgence médico-psychologique va être mise en place par la Croix-Rouge du Gard« , a également indiqué la préfecture.

Partner Content