Jusqu’à 45°C: l’Espagne en état d’alerte

Le Vif

La quasi-totalité de l’Espagne était mercredi en état d’alerte en raison de la vague de chaleur, avec des maximales dépassant les 45 degrés, avant jeudi qui devrait être le jour le plus chaud de la semaine.

Cette canicule, qui a débuté le week-end dernier et devrait durer au moins jusqu’à dimanche, se traduit par des températures suffocantes dans l’ensemble du pays, notamment dans les régions d’Andalousie (sud), d’Estrémadure (sud-ouest) et de Galice (nord-ouest), placées en alerte rouge, selon l’agence météorologique espagnole (Aemet).

À part l’archipel des Canaries, toutes les autres régions espagnoles ont été placées en alerte à des degrés inférieurs.

Un maximum de 45,6°C a été enregistré à 17h30 à Almonte (sud) en Andalousie, tandis que plusieurs villes du sud ont dépassé les 44°C, comme Séville, Cordoue ou Badajoz.

Jeudi devrait être « le pic de cette vague de chaleur », selon l’Aemet, avec des températures qui devraient à nouveau atteindre les 44°C dans une partie du centre et du sud du pays.

Risque extrême d’incendie

En raison de cette canicule, couplée au déficit de précipitations dans la péninsule ibérique depuis le début de l’année, un risque « extrême » d’incendie existe dans l’ensemble du pays, selon les services de prévention et d’extinction des feux de forêt.

Au moins 3.500 hectares ont déjà brûlé dans une région montagneuse à cheval sur les régions d’Estrémadure et de Castille-et-Léon, non loin du Portugal. Les pompiers, qui ont travaillé toute la nuit, ont néanmoins réussi à « stabiliser » l’incendie, selon les autorités régionales.

Au nord-ouest de Madrid, près de 500 habitants ont été provisoirement évacués en raison d’un autre incendie, lui aussi en passe d’être contrôlé, selon les services d’urgence régionaux.

Entre le 1er janvier et le 3 juillet, 70.354 hectares de forêt sont partis en fumée en Espagne, soit près du double (+87%) de la moyenne des dix dernières années, selon le gouvernement.

Le dérèglement climatique en cause

La multiplication de ces phénomènes est une conséquence directe du réchauffement climatique, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence, expliquent les scientifiques.

En incluant la vague de chaleur actuelle, l’Espagne a traversé cinq épisodes de températures exceptionnellement élevées sur les onze derniers mois. Le mois de mai y avait notamment été le plus chaud depuis le début du siècle.

Outre la chaleur, l’Espagne a souffert d’un cruel manque de précipitations depuis cet hiver. Résultat, le niveau des réservoirs d’eau était mercredi à 44,4% de leur capacité totale, contre une moyenne de 65,7% sur cette période ces dix dernières années, soulignent les autorités.

Partner Content