Le Premier ministre slovaque Robert Fico lors de la conférence de presse à la Chancellerie du Premier ministre à Varsovie, en Pologne, le 31 mai 2017. © iStock

Contraint de démissionner en 2018, l’ex-Premier ministre slovaque inculpé pour formation d’un groupe de crime organisé

L’ancien Premier ministre slovaque Robert Fico et son ministre de l’Intérieur Robert Kalinak ont été inculpés mercredi pour formation de groupe criminel organisé, a indiqué le porte-parole de leur parti.

MM. Fico et Kalinak ont été contraints de démissionner en 2018, au moment où le meurtre d’un journaliste d’investigation a révélé la corruption dans les cercles du pouvoir, ce qui a déclenché un mouvement antigouvernemental. Leur parti populiste de gauche Smer-SD a peu après perdu les élections anticipées.

« Robert Fico et Robert Kalinak ont été mis en examen pour formation d’un groupe de crime organisé (..)« , a déclaré à l’AFP le porte-parole du parti, Jan Mazgut. Selon les médias locaux, le groupe criminel était composé de hauts responsables de la police, dont son ancien chef, qui auraient protégé leurs alliés politiques et enquêté sur des personnes que le Smer-SD considérait comme nuisibles à ses intérêts.

M. Fico a rejeté les accusations, affirmant qu’il s’agissait d’une « vengeance politique« . « Tout a été monté sur demande et avec consentement des dirigeants du gouvernement » en place, a-t-il estimé sur Facebook. « Ils ont littéralement inventé une histoire selon laquelle j’aurais formé un groupe criminel« , a-t-il ajouté. La police a confirmé que les deux hommes avaient été mis en examen mais a refusé de fournir d’autres détails et même de commenter les informations de la presse locale sur l’interpellation de M. Kaliniak.

En tant que député, M. Fico ne peut pas être placé en détention sans le consentement du parlement. « Nous n’avons pas encore reçu de requête officielle de la part de la police concernant M. Robert Fico« , a déclaré à l’AFP le vice-président du Parlement, Gabor Grendel. Les deux hommes encourent jusqu’à dix ans de prison. Une vague de manifestations antigouvernementales a précipité le départ de MM. Fico et Kalinak en mars 2018, un mois après que le journaliste d’investigation Jan Kuciak et sa fiancée ont été abattus à leur domicile.

Jan Kuciak enquêtait sur des liens obscurs entre hommes d’affaires, politiciens et autres hauts responsables. Marian Kocner, un entrepreneur multimillionnaire, a été accusé d’avoir commandité ce meurtre. Il a été acquitté, mais la Cour suprême a annulé le jugement l’année dernière et a demandé un nouveau procès.

Les manifestations déclenchées par le meurtre ont ouvert la voie en 2019 à l’élection à la présidence du pays de la militante libérale anticorruption Zuzana Caputova. L’opposition a peu après remporté les élections législatives, ce qui a débouché sur un nouveau gouvernement de centre-droit, prônant la lutte anti-corruption

Partner Content