Sebastian Kurz.

Après l' »Ibizagate » qui a fait exploser la coalition, les nouveaux ministres autrichiens prêtent serment

Le Vif

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a nommé mercredi des nouveaux ministres au profil « technique » pour remplacer les membres du FPÖ qui ont quitté son gouvernement à la suite d’un scandale à la caméra cachée impliquant ce parti d’extrême droite.

« L’objectif du président et le mien bien sûr en tant que chancelier est de tout faire pour garantir la stabilité de l’Autriche », a indiqué M. Kurz lors de la prestation de serment des nouveaux membres du gouvernement à Vienne.

L’Autriche se rendra prochainement aux urnes, vraisemblablement en septembre, pour des législatives anticipées décidées après la diffusion vendredi d’une vidéo où le chef du FPÖ, Heinz-Christian Strache, proposait des contrats publics à de faux investisseurs russes en échange de financements occultes.

L' »Ibizagate », tel que ce scandale a été surnommé en allusion à l’île des Baléares où la vidéo piège avait été tournée en juillet 2017, a fait exploser la coalition qu’avait formée M. Kurz avec l’extrême droite il y a 18 mois.

M. Strache, qui occupait le poste de numéro deux du gouvernement, a dû démissionner de toutes ses fonctions samedi et M. Kurz a limogé le ministre de l’Intérieur Herbert Kickl, qui était secrétaire général du FPÖ au moment des faits évoqués. Trois autres ministres FPÖ ont quitté le gouvernement dans la foulée.

M. Kurz les a remplacés mercredi par des personnalités au profil « technique ». Seule rescapée de l’équipe FPÖ, la controversée ministre des Affaires étrangères Karin Kneissl – qui n’appartient pas formellement à ce parti – conserve son maroquin.

La durée de vie du nouveau gouvernement est cependant suspendue au vote lundi d’une motion de censure déposée par le petit parti écologiste Jetzt.

Le FPÖ et le Parti social-démocrate, principale formation d’opposition, n’ont pas encore décidé s’ils sanctionneraient M. Kurz et son équipe. Le vote de ces deux formations est nécessaire et suffisant pour recueillir une majorité.

Le président de la Communauté israélite de Vienne (IKG), Oskar Deutsch, a préconisé mercredi la constitution d’un gouvernement provisoire d’union nationale rassemblant « tous les partis pro-européens ». Il a renouvelé son appel à ne pas nouer de coalitions avec le FPÖ. « Je l’avais déjà dit aux dernières élections. Les faits nous ont donné raison », a-t-il souligné.

Partner Content