Derrière les apparences de radicalisation peut se cacher une autre quête. © BELGA IMAGE

Derrière des informations délivrées par les djihadistes peuvent se cacher une tout autre réalité

Gérald Papy
Gérald Papy Rédacteur en chef adjoint du Vif/L'Express

La communication comme outil d’embrigadement tient une place importante dans la guerre que mènent les djihadistes contre l’Occident.

Pendant la guerre, la propagande continue. Le 17 avril, l’Etat islamique a appelé ses membres à profiter de la focalisation sur le conflit en Ukraine pour frapper à nouveau l’Europe. La communication comme outil d’embrigadement tient une place importante dans la guerre que mènent les djihadistes contre l’Occident. Reporter et essayiste, Guillaume Dasquié nous le rappelle avec talent dans son roman Les Recruteurs (1).

Ses personnages principaux, Charifa, une adolescente de la classe moyenne tunisienne, et son oncle Anis, responsable d’équipe dans une société de marketing en ligne et pourvoyeur du premier emploi de la jeune fille, se retrouveront, la première à travailler dans un hôpital de Mossoul, ville d’Irak conquise par Daech, et le second à superviser depuis Falloujah l’enrôlement de jeunes de l’immigration pour commettre des attentats en Europe ou rejoindre le califat irako-syrien. Ces destins pourraient trouver une explication dans la désillusion que la révolution de jasmin de 2011, à l’origine des « printemps arabes », a fini par susciter auprès de Tunisiens qui en espéraient beaucoup. Pourtant, derrière cette interprétation commode, la réalité est tout autre. Charifa est partie en Irak pour récupérer son amoureux auquel sa famille n’avait pas laissé d’autre choix que l’engagement djihadiste ; Anis s’est créé une vocation de fondamentaliste pour ramener à sa soeur sa nièce qu’il a éduquée comme un père. « Notre histoire ne correspond pas à celles que vous avez entendues et nous ne sommes pas responsables de celles que vous avez crues », assènent au final les deux prévenus revenus à Tunis.

(1) Les Recruteurs, par Guillaume Dasquié, Grasset, 256 p.

Derrière des informations délivrées par les djihadistes peuvent se cacher une tout autre réalité

Bien documenté, le roman de Guillaume Dasquié dresse un parallèle convaincant et inquiétant entre les techniques de marketing commercial et les méthodes de recrutement djihadiste.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content