Recep Tayyip Erdogan et Theresa May © AFP

Ankara et Londres d’accord pour créer un groupe de travail post-Brexit

Ankara et Londres se sont mis d’accord sur la création d’un groupe de travail pour stimuler leurs relations commerciales une fois le Royaume-Uni sorti de l’Union européenne, a déclaré la Première ministre britannique Theresa May samedi, au cours d’une visite en Turquie. Elle a également insisté sur le fait que la Turquie « doit maintenir un état de droit et respecter les droits de l’homme ».

« Nous nous sommes mis d’accord sur le fait que nous aurons un groupe de travail commun pour préparer le terrain de nos échanges commerciaux post-Brexit », a dit Mme May à l’issue d’une rencontre avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Mme May a également dit être « fière » de s’être tenue au côté de la Turquie lors du putsch manqué du 15 juillet. « Maintenant, il est important que la Turquie soutienne sa démocratie en maintenant l’état de droit et en respectant ses obligations internationales en matière de droits de l’homme, comme le gouvernement s’y est engagé », a-t-elle déclaré à l’issue de sa rencontre avec le président turc.

Mme May a également rappelé que la Turquie est « l’un des plus vieux amis » du Royaume-Uni, faisant allusion aux relations établies entre l’Angleterre et l’Empire ottoman sous le règne d’Elizabeth I.

La Première ministre s’efforce de maintenir un équilibre entre sa volonté d’assurer de bonnes relations commerciales avec la Turquie et les inquiétudes exprimées par l’Union européenne face aux purges sans précédent engagées après la tentative de coup d’Etat.

Le président Erdogan a pour sa part affirmé que l’objectif est actuellement de passer de 15,6 milliards de dollars d’échanges commerciaux entre les deux pays, à 20 milliards de dollars.

Les deux dirigeants ont également abordé le sujet de la lutte contre le djihadisme en Syrie ainsi que la question de la réunification de Chypre, dont Londres et Ankara sont garants.

Partner Content