La Flandre accélère l’abandon progressif du gaz naturel

Le Vif

La Flandre accélère l’abandon progressif du gaz naturel en instaurant l’interdiction des nouveaux raccordements à cette source d’énergie un an plus tôt, en 2025, au lieu de 2026.

Le parlement flamand a approuvé mercredi en séance plénière une proposition de décret des partis de la majorité (N-VA, CD&V et Open VLD) qui le prévoit. Dans son accord climatique de novembre 2021, le gouvernement flamand a décidé de réduire la dépendance aux combustibles fossiles et de stimuler les techniques de chauffage respectueuses de l’environnement.

Une chaudière à mazout n’est ainsi plus autorisée dans les nouveaux bâtiments à partir de 2022. Il a également été convenu que plus aucun raccordement au gaz naturel ne serait autorisé dans les nouveaux bâtiments à partir de 2026.

Accélérer la réduction à la dépendance russe

La guerre en Ukraine a alimenté le débat sur la dépendance au gaz naturel. Afin d’accélérer la réduction de cette dépendance, la Flandre veut accélérer l’abandon progressif du gaz naturel. Une proposition de décret prévoit désormais une interdiction à partir de 2025.

Dans le même temps, il est prévu de supprimer la phase transitoire prévue avec les pompes à chaleur hybrides dans les nouvelles constructions. L’intention initiale était de rendre obligatoire l’installation d’une pompe à chaleur (hybride) dans les nouveaux bâtiments à partir de 2023. Une telle pompe à chaleur hybride électricité/gaz, a longtemps été considérée comme une technologie de transition idéale pour remplacer la chaudière gaz à condensation classique. Mais des voix se sont élevées il y a déjà un certain temps, surtout pour les nouveaux bâtiments, en faveur d’un renoncement à cette phase de transition et d’une option directe pour des pompes à chaleur cent pour cent électriques. L’objectif est que ce type de pompe à chaleur devienne la norme dans les nouveaux bâtiments à partir de 2025.

Partner Content