Vaste fraude diamantaire – « Le montant de 3 milliards d’euros n’est pas correct »

(Belga) Le secrétaire d’Etat chargé de la Lutte contre la fraude, John Crombez (sp.a), a regretté mercredi l’utilisation faite par certains députés d’éléments provenant d’enquêtes en cours. Le secrétaire d’Etat a souligné que bien souvent les informations relayées par la presse concernant ces enquêtes étaient erronées et mettaient en danger la bonne tenue des enquêtes. M. Crombez a ainsi indiqué que l’information selon laquelle l’affaire Omega Diamonds portait sur une fraude de 3 milliards d’euros « n’était pas correcte ».

A l’agenda de la Commission des Finances de la Chambre figuraient mercredi des questions relatives à différentes enquêtes pendantes auprès de l’inspection spéciale des impôts (ISI). Jacqueline Galant (MR) et Olivier Destrebecq (MR) souhaitaient en savoir plus à propos de la Maison Syndicale Internationale, Peter Dedecker (N-VA) l’interrogeait concernant l’ACW et Christophe Lacroix (PS) lui avait posé une question sur Omega Diamonds. John Crombez s’est dit irrité par cette manière de travailler. Il a indiqué ne pas vouloir, ni pouvoir, apporter de réponse complète à propos d’enquêtes en cours. L’ISI est par ailleurs tenue au secret professionnel. Et simplement, ces enquêtes portant sur des personnes, des organisations ou des entreprises « doivent pouvoir se dérouler sans que tout soit immédiatement étalé dans la presse », s’est-il insurgé. Car, bien souvent, ce qu’écrivent les journaux est tout simplement faux, a-t-il précisé, en évoquant l’affaire Omega Diamonds et ses 3 milliards de fraude. « Si cela déjà n’est pas correct, que dire des cartes blanches, commentaires et articles qui s’en inspirent », a dit John Crombez. Mais le plus dangereux, a estimé le secrétaire d’Etat, est que ces allégations risquent de mettre à mal les enquêtes en cours. « Je me fais énormément de souci à cet égard », a-t-il indiqué. « Le parlement a mis en place un système de transactions financières en matière pénale, de manière à mieux pouvoir appréhender la grande fraude. Mais dans la pratique, il est très difficile d’opérer avec de fausses informations qui circulent à gauche et à droite », a-t-il conclu. (KNS)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content