Un incendie dans une résidence de soins à Aarschot fait un mort et onze blessés

Le Vif

Un incendie dans le centre de soins résidentiels Sint-Rochus à Aarschot vendredi soir a coûté la vie à un résident. Onze autres personnes ont été emmenées à l’hôpital, un résident est dans un état critique. Lors d’une conférence de presse samedi matin à 9h30, le conseil municipal a fourni des explications supplémentaires.

Le feu s’est déclaré vendredi vers 22h40 au deuxième étage du centre. La cause de l’incendie n’est pas encore claire. Vers 1h du matin, la situation était sous contrôle. La police et les pompiers ont reçu l’aide de la Croix-Rouge et de la Force de défense, entre autres.


« C’est un cauchemar », déclare la bourgmestre Gwendolyn Rutten (Open VLD), rentrée prématurément de ses vacances en France. « Après une période de covid qui a également touché très durement ce centre, cela fait terriblement mal. Nous sommes de tout cœur avec les résidents concernés, leurs familles et leurs amis. »


Tout le centre a été évacué : 162 résidents ont été touchés. Les personnes ont d’abord été transférées à la salle des fêtes de la ville d’Aarschot. Après cela, tout le monde a été pris en charge par des proches ou dans plusieurs hôpitaux alentour. Cela concernait les hôpitaux de Louvain, Anvers et Hasselt. Certaines salles vides, où aucun patient ne séjourne pendant le week-end, peuvent être utilisées par les résidents du centre.


Comme de nombreux résidents sont moins mobiles, en fauteuil roulant ou alités, l’évacuation a pris beaucoup de temps. Dans l’ensemble, tout s’est bien passé, dit Rutten. Les résidents ont finalement été transportés vers les différents hôpitaux en ambulance.
La décision a été prise d’accueillir tout le monde autant que possible dans leurs groupes connus, et avec leur personnel connu. « De cette façon, les résidents connaissent les visages qui les entourent », explique Winne Haenen, inspecteur sanitaire fédéral. « Cette familiarité et cette proximité, voir des visages familiers : c’est très important. »
En raison de l’incendie, de la fumée et des dégâts des eaux, le bâtiment est actuellement inutilisable. On ne sait pas encore quand les résidents pourront retourner dans le centre. Des contrôles techniques du gaz et de l’électricité doivent d’abord être effectués, cela peut prendre plusieurs jours. Dans un certain nombre d’hôpitaux, il existe déjà la possibilité de rester jusqu’après le week-end.

Le bureau du procureur général mène une enquête.

Partner Content