Opinion

Claude Demelenne

Un gouvernement sans la N-VA? Ce sera l’enfer sur terre pour le CD&V (carte blanche)

Claude Demelenne essayiste, auteur de plusieurs ouvrages sur la gauche

Le CD&V hésite toujours à participer à une coalition sans la N-VA. Ce n’est pas étonnant car, pour les chrétiens-démocrates flamands, pareil scénario ressemblera à l’enfer sur terre.

Minoritaire au Nord, ultra majoritaire au Sud, orienté au centre-gauche, alors que la Flandre pédale à droite, prônant un quasi statu quo institutionnel, un gouvernement sans la N-VA est-il jouable ? Pour le CD&V, c’est très douteux. Beaucoup de francophones ne comprennent pas la frilosité du CD&V, scotché à la N-VA. C’est pourtant simple à comprendre. Si les dirigeants du CD&V lâchent le parti de Bart De Wever, ils endosseront pour longtemps les habits du traître à la cause flamande. La N-VA et le Vlaams Belang se déchaîneront contre ces « mauvais flamands » jetant aux orties leur idéal nationaliste pour un ou deux strapontins ministériels.

Une gifle pour la Flandre

Le CD&V sera montré du doigt comme le parti qui a permis l’installation d’un gouvernement fédéral minoritaire en Flandre.Un gouvernement « Vivaldi », rassemblant les quatre grandes familles politiques – socialiste, libérale, écologiste et chrétienne-démocrate – n’aura en effet pas de majorité dans le groupe flamand au parlement fédéral (avec un déficit de quatre sièges). Ce scénario minoritaire s’apparente à une gifle pour la Flandre. A terme, c’est intenable pour le CD&V, qui risque de payer l’addition lors du prochain scrutin.

Dans le même temps, le CD&V sera raillé pour avoir mis sur les rails une coalition ultra-francophone, très majoritaire en Wallonie et à Bruxelles. Quasiment tous les parlementaires francophones soutiendront un gouvernement « Vivaldi », en fait tous les parlementaires sauf les élus du PTB (les deux représentants de Défi voteront le plus souvent avec lamajorité).

Le CD&V « vendu » aux belgicains du MR

Le CD&V sera également perçu comme le parti « vendu » aux belgicains du MR. Le CD&V incarnera le parti qui a bloqué – à tout le moins encommissionné – toute réforme de l’Etat ambitieuse. Un reproche dur à porter pour ce CD&V dont une partie de la base adhère aux thèses confédéralistes.

La trahison du CD&V aura permis l’éclosion d’un gouvernement reléguant au rang de quatrième ou cinquième priorité l’obtention de nouvelles avancées confédérales en faveur de la Flandre. Un scénario d’autant plus imbuvable pour la N-VA qu’il colle aux aspirations du nouvel ennemi numéro un du nationalisme flamand, Georges-Louis Bouchez, le très belgicain – et tout à fait décomplexé – patron du MR.

Le CD&V, nouvelle « peste pour la Flandre »

L’addition sera salée pour le CD&V. Il sera diabolisé par le mouvement flamand, comme le fut au siècle dernier l’ancêtre de l’Open-VLD, le « partij voor Vrijheid en Vooruitgang » (PVV – parti de la Liberté et du Progrès ), rebaptisé « Pest voor Vlaanderen » (la peste pour la Flandre) par les nationalistes qui lui reprochaient la tiédeur de son engagement flamand.

Le CD&V portera l ‘étiquette infamante de « nouvelle peste pour la Flandre ». Cette étiquette sera dure à porter. Le CD&V la partagera avec l’Open-VLD, l’autre parti traître à la cause flamingante. Deux partis qui seront accusés des pires turpitudes.

Bart De Wever aura beau jeu de fustiger leur positionnement incohérent : bras dessus, bras dessous avec la NV-A au gouvernement flamand, reléguant cette même N-VA dans le coin, à l’échelon fédéral.

La chute finale du CD&V ?

Les réticences du CD&V face à une hypothétique coalition « Vivaldi » sont compréhensibles. Scrutin après scrutin , le parti perd des voix, plus de 180.000 en moins (presque un quart de son électorat) lors des élections de mai 2019. A ce rythme là, l’ancien parti flamand dominant, en déclin accéléré, va y laisser sa peau. Il n’a plus le droit à l’erreur. Pas certain que la participation à un gouvernement Vivaldi soit susceptible de lui rendre des couleurs. Au contraire, il pourrait précipiter sa chute finale. La plupart des dirigeants du CD&V sont conscients des risques qu’ils prendront s’ils s’embarquent dans l’aventure. Celle-ci pourrait se conclure par un cruel hara-kiri, tant les nationalistes flamands leur feront vivre l’enfer sur terre.

Peut-être le CD&V réussira-t-il à sauver la face en obtenant le poste de Premier ministre pour Koen Geens. Mais à moyen terme, les chrétiens-démocrates flamands pourraient perdre leurs dernières plumes. C’est tout sauf une bonne nouvelle pour l’avenir de la Belgique, toujours plus ingouvernable.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content