© Guy Legrand

Tourisme : cap sur l’Antarctique, dans le sillage de la Belgica

Guy Legrand

Le croisiériste français Ponant, basé à Marseille et propriété de François Pinault, le patron du groupe de luxe Kering, ne s’est pas contenté d’ouvrir un bureau propre à Bruxelles en septembre dernier. Il a tenu à s’inscrire sur le marché belge en tant qu’acteur local en organisant un voyage très particulier en Antarctique, sur les traces du Belge Adrien de Gerlache, premier à avoir passé l’hiver sur le sixième continent.

La Belgique pionnière

Si les participants à cette croisière traverseront la baie des Flandres et apercevront les îles Brabant, Liège et Anvers, c’est qu’ils suivront les traces du découvreur de ces contrées, qui en nomma plusieurs dizaines de lieux, parfois en se référant à notre pays. Passionné de sciences et de découvertes, Adrien de Gerlache de Gomery a en effet signé une expédition historique en 1897-1899. Son navire, la Belgica, resta volontairement prisonnier des glaces entre mars 1898 et mars 1899. Notre compatriote réalisa ainsi rien moins que le premier hivernage sur le Continent blanc. Les études menées là-bas, dans des domaines aussi variés que la cartographie, la climatologie, la géologie, ou encore la zoologie, feront date et l’expédition de la Belgica inspirera le français Charcot et le britannique Ernest Shackleton. Sans oublier le norvégien Amundsen, qui accompagna de Gerlache et fut, en 1911, le premier à atteindre le Pôle Sud.

Equipement polaire compris…

La croisière sur les traces de la Belgica aura lieu du 9 au 18 février 2020, à bord de l’Austral, navire construit en Italie par Fincantieri et décoré en France par le designer Jean-Philippe Nuel. Comme toute la flotte de Ponant, qui affiche 5 étoiles, il offre un nombre limité de cabines, soit 112 à 132, suivant la configuration adoptée. Les mesures de protection qui sont de mise en Antarctique imposent de toute manière des débarquements limités à 100 personnes à la fois, en plus d’un maximum de 200 passagers par navire.

Le prix de la croisière (à partir de 8.460 euros par personne) comprend le vol entre Buenos Aires et Ushuaia, port d’embarquement, ainsi que l’équipement spécifique pour affronter le froid et la glace, comme il est d’usage pour les expéditions en Antarctique. Celles-ci sont d’ailleurs une des spécialités de Ponant. Au moins deux excursions par jour sont prévues, avec un guide naturaliste. Sous réserve bien entendu des conditions météos, qui dictent toujours leur loi dans cette partie du monde.

En famille sur les traces de l’aïeul

Ponant a préparé cette croisière historique en collaboration avec Henri de Gerlache. Auteur et réalisateur, l’arrière-petit-fils de l’explorateur a notamment signé, en 2007, un documentaire sur les exploits de son aïeul : « L’Antarctique en héritage ». C’est dire qu’il possédait toute la documentation nécessaire à la reconstitution du voyage de la Belgica. Il sera très logiquement le conférencier de la croisière, nombreux documents de première main à l’appui, et l’interlocuteur privilégié des participants. Et ceci en compagnie de ses quatre frères et soeurs ! De quoi agrémenter le voyage d’une atmosphère familiale et intimiste inaccoutumée.

On a compris que la préparation de cette croisière antarctique peu ordinaire a nécessité une longue et minutieuse préparation. Un sérieux investissement et un audacieux pari. Lors de sa présentation, Patrice Janssens, conseiller spécial de Ponant pour la Belgique et le Luxembourg, ne cachait pas son impatience à connaître la réponse du public belge. Le suspense ne fut pas long : aujourd’hui, quelques semaines plus tard à peine, le navire affiche presque complet. Les Belges amateurs de croisières sortant de l’ordinaire ne sont visiblement pas restés insensibles à cette initiative pleine de panache, hommage au temps où notre pays jouait les pionniers sur la scène mondiale.

Partner Content