Federal Minister Tinne Van der Straeten and Prime Minister Alexander De Croo pictured during a press conference over the extension of nuclear power plants in Belgium, Friday 18 March 2022 in Brussels. BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Nucléaire: la réouverture des deux réacteurs prévue pour octobre 2026

Le Vif

Le gouvernement fédéral et Engie sont parvenus à un accord de principe concernant la prolongation de l’exploitation des réacteurs nucléaires Doel 4 et Tihange 3 pour une période de dix ans, ont annoncé vendredi matin le Premier ministre Alexandre De Croo et la ministre de l’Énergie, Tinne Van der Straeten, dans un communiqué.  

Les deux parties se sont accordées sur les modalités concernant l’approche future, le timing et le cadre des négociations. Ce cadre consiste « en la prolongation de l’exploitation de Doel 4 et Tihange 3. L’État belge ne sera pas exploitant. Les deux parties sont disposées à discuter et à convenir des conditions de démarrage des réacteurs en novembre 2026, sous réserve de l’approbation des autorités de sûreté », indique le communiqué.

   Le cadre prévoit aussi une structure stable et durable dans laquelle l’État belge et Engie partagent les risques comme les bénéfices par le biais d’une nouvelle société à créer.

   Enfin les coûts de démantèlement des centrales nucléaires, et de gestion des matières fissiles et des déchets radioactifs sont supportés par l’exploitant, ont précisé M. De Croo (Open Vld) et Mme Tinne Van der Straeten (Groen).

   Les discussions vont désormais se poursuivre et des groupes de travail d’experts seront également mis en place. L’objectif des deux parties est d’avoir un accord définitif d’ici la fin de l’année de le soumettre à la Commission européenne, ont fait savoir les ministres.

   Le gouvernement fédéral a décidé en mars 2022 d’entamer des discussions avec Engie en vue de prolonger l’exploitation des réacteurs nucléaires Doel 4 et Tihange 3 pour une période de dix ans. Cette décision a été prise dans un contexte de modifications géopolitiques majeures en Europe, à savoir la guerre en Ukraine, l’impact de cette guerre sur l’approvisionnement en gaz des pays voisins, l’indisponibilité imprévue de plusieurs centrales nucléaires françaises et l’impact de tous ces éléments sur l’approvisionnement en électricité de la Belgique.

   Le Premier ministre et la ministre de l’Énergie donneront de plus amples informations lors d’une conférence de presse ce vendredi sur le coup de 09h30.

Partner Content