© Christophe Licoppe/Photo News

Rétro 2018 : La peste porcine africaine, partie pour durer ?

Christophe Leroy
Christophe Leroy Journaliste

Le 13 septembre, La Wallonie confirme la découverte d’un foyer de peste porcine africaine à Etalle, en province de Luxembourg. Si la maladie n’est pas dangereuse pour l’homme, elle s’avère très contagieuse et fatale pour les animaux.

L’origine de l’épizootie interpelle, puisqu’elle survient à des centaines de kilomètres des cas observés en Europe de l’Est. Une filière d’importation de gibier de chasse ? Un aliment contaminé et jeté aux abords d’une forêt ? Cette dernière piste est considérée comme la plus probable. Entre-temps, des mesures radicales sont prises aux niveaux régional et fédéral pour tenter d’endiguer l’épizootie et rassurer les importateurs étrangers : outre des interdictions de nourrissage et de circulation dans un périmètre de 63 000 hectares, le ministre fédéral de l’Agriculture, Denis Ducarme, ordonne préventivement la mise à mort de 6 000 porcs d’élevage dans la zone concernée. Une mesure controversée et coûteuse, puisque le pays a déjà alloué plusieurs centaines de milliers d’euros en compensation.

Le 23 novembre, la Wallonie instaurait une zone de vigilance supplémentaire de 23 000 hectares. A ce jour, la peste porcine est loin d’être endiguée, ni même à son pic, tandis que les associations environnementales pointent la responsabilité des chasseurs, au regard de la densité problématique du gibier qui s’est accru avec le nourrissage artificiel.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content