. © Getty

Retour au bureau après la pandémie: « N’avons-nous rien appris? »

Le télétravail était l’un des rares aspects positifs du coronavirus. Malgré l’enthousiasme des employés et des employeurs, il semble que nous nous rendions à nouveau davantage au bureau. N’avons-nous rien appris ?

Hajo Beeckman, spécialiste de la circulation à la VRT, en sait quelque chose : « À chaque assouplissement de la politique du coronavirus, les embouteillages s’allongent. Et cela s’est également produit après le 7 mars, lorsque le télétravail n’était plus recommandé par le gouvernement ». Il n’y a pas encore de chiffres précis pour le confirmer, mais si vous regardez autour de vous, vous le remarquerez : les entreprises appellent leurs employés à se rendre davantage au travail. Les réunions numériques doivent faire place aux réunions autour d’une table. Et ainsi les embouteillages augmentent à nouveau. Il y a maintenant des jours où les embouteillages en Belgique dépassent les 200 kilomètres », déclare Beeckman. « Lentement mais sûrement, ils deviennent aussi longs qu’avant la pandémie, même s’ils sont freinés par le prix élevé du carburant. »

Pourtant, pendant la crise du coronavirus, tant les employés que les employeurs étaient très favorables au télétravail. C’est ce que révèlent les recherches menées par Eline Moens sous la supervision du professeur en Economie du travail Stijn Baert (Université de Gand). Les employés sont prêts à payer davantage pour pouvoir travailler à domicile, affirment Moens et ses coauteurs Elsy Verhofstadt et Luc Van Ootegem : « Si le salaire devait augmenter de 10 %, ils ne seraient satisfaits que d’une augmentation de 5 % si un jour de télétravail supplémentaire était ajouté. Le télétravail est et reste très attractif. »

Les mois de coronavirus

Ce n’est qu’après la crise du coronavirus que la plupart des employés ont découvert l’existence du télétravail et en étaient généralement très enthousiastes, révèlent les études menées par Moens. Deux employés sur trois évoquent une plus grande satisfaction au travail grâce au télétravail. Ils ont constaté un effet positif sur l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée. La moitié d’entre eux étaient convaincus qu’il réduisait le stress lié au travail et que le travail à domicile les aidait à éviter un burn-out. Un sur deux disait mieux se concentrer et travailler plus efficacement à la maison. Moens : « Les femmes en particulier ont réagi positivement au télétravail. Les personnes qui vivent dans un centre-ville étaient généralement moins enthousiastes ».

« Il est compréhensible que beaucoup d’employés soient satisfaits. Mais ce qui est vraiment remarquable, c’est que les employeurs étaient également très positifs à l’égard du travail à domicile, plus encore que leur personnel. Une majorité d’entre eux ont constaté, par exemple, que leurs employés pouvaient mieux se concentrer. Près de six employeurs sur dix estiment même que leurs employés travaillaient plus efficacement ».

Ce sont surtout les grandes entreprises et les directeurs du personnel qui ont vu les avantages du télétravail. Dans les PME, où le propriétaire est souvent aussi le directeur du personnel, la réaction était généralement plus modérée. Pourtant, poursuit Moens, pendant la crise du coronavirus, les employeurs percevaient le télétravail comme quelque chose de précieux. Huit sur dix déclarent également qu’ils y voient une occasion de garder le bon personnel. Ils y voient également un bon argument pour attirer de nouveaux employés.

Qu’en gardons-nous?

Pendant la crise du coronavirus, 85 % des employés et plus de 90 % des employeurs étaient convaincus que le télétravail serait beaucoup plus répandu après la pandémie. Cela valait également pour les réunions numériques. Avant le coronavirus, elles étaient marginales, mais la moitié des employés espérait qu’après la crise, encore plus de réunions professionnelles seraient numériques.

Bien sûr, tout le monde n’était pas fan. Un employé sur cinq espérait que les réunions numériques allaient décliner après le coronavirus. Six personnes sur dix pensent que le télétravail a un effet négatif sur le lien avec les collègues, la moitié estime qu’il pèse sur le lien avec l’employeur et une personne sur quatre s’attend également à ce que le télétravail soit moins favorable aux perspectives de promotion. La situation familiale joue également un rôle important: une personne sur trois était dérangée par ses proches pendant le télétravail. Plus d’une personne sur cinq a connu davantage de conflits au sein de la famille, surtout lorsqu’il y avait des enfants à la maison. Mais près de la moitié des employés n’étaient gênés par aucun de ces éléments.

Moens : « Il est surprenant que tant de personnes aient été si positives à l’égard du télétravail durant la pandémie, car les conditions de travail étaient loin d’être idéales. Le télétravail a été instauré assez soudainement. Les employés et les employeurs ont dû passer rapidement à l’action, et tout n’était pas parfait sur le plan technique. Souvent, le télétravail devait être combiné avec la garde des enfants, car les écoles étaient fermées. Pourtant, l’enthousiasme et l’espoir de voir se multiplier le télétravail et les réunions numériques après le coronavirus étaient grands. Tout indiquait qu’il est là pour rester. »

Depuis que le gouvernement a cessé de recommander le télétravail le 7 mars, de plus en plus d’entreprises demandent à leurs employés de venir travailler plus souvent. Et les réunions numériques ont dû faire place à l’échange d’idées dans une même pièce. Moens : « C’est une question de donnant-donnant. Il serait dommage que le télétravail décline fortement. Espérons que nous ne nous crispions pas à nouveau sur cette question. Pourquoi obliger tout le monde à retourner au bureau quelques jours alors que l’on peut travailler de manière tout aussi efficace et productive depuis son domicile – et peut-être même plus efficace et productive ? ».

Les chiffres

+

66% des employés sont plus satisfaits dans leur travail grâce au télétravail

50 % souffrent moins de stress lié au travail

50% peuvent mieux se concentrer et travailler plus efficacement

80 % des employeurs considèrent le télétravail comme un moyen de conserver les bons employés et d’en attirer de nouveaux.

60% pensent que le télétravail a un effet négatif sur les liens avec les collègues

50% estiment que le lien avec l’employeur s’en ressent

25 % estiment que le télétravail n’est pas bon pour les perspectives de promotion.

33% étaient dérangés par leurs proches

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content