Policiers attaqués à la machette : « On peut s’étonner de la décision d’un juge d’instruction »

(Belga) « Dans le dossier concernant des policiers de la zone Stavelot-Malmedy attaqués à la machette, on peut s’étonner de la décision du juge d’instruction qui n’a pas décerné de mandat d’arrêt à l’encontre de l’auteur de faits », a indiqué vendredi la procureur du Roi de Verviers qui rappelle que les juges agissent en toute indépendance.

Mardi, plusieurs policiers de la zone de police Stavelot-Malmedy ont été agressés à coups de machette. Le juge d’instruction n’a pas décerné de mandat d’arrêt à l’encontre de l’auteur des faits, ce qui a suscité une réaction du syndicat SLFP. Dans un communiqué, l’organisation demandait qu’un « signal fort » soit donné par les autorités compétentes à l’égard de ce juge car le mécontentement était énorme au sein du personnel. Christine Wilwerth, la procureur du Roi de Verviers rappelle que les juges d’instruction agissent en toute indépendance. « Le magistrat avait demandé un mandat d’arrêt à l’encontre de cette personne. Le juge a finalement décidé de relaxer l’intéressé. On peut évidemment s’étonner de la décision du juge, mais on ne peut pas aller au-delà. Lui reprocher sa décision serait en quelque sorte entamer son indépendance », conclut Christine Wilwerth. (CLA)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content