© Belga

Patrick Dewael ne veut plus de Sénat et une Chambre light

Le président de la Chambre sortant et ex-homme fort de l’OpenVLD s’est dit favorable à la suppression du Sénat, et à une forte diminution du nombre de députés fédéraux, lesquels pourraient passer de 150 actuellement à 116.

Le président sortant de la Chambre, Patrick Dewael, est partisan de la suppression du Sénat et d’une diminution du nombre de députés fédéraux . Dans les colonnes du quotidien Het Belang van Limbourg, il s’est dit favorable, mardi, à une assemblée de 116 élus (contre 150 actuellement) dont 41 désignés sur le mode du scrutin majoritaire.

Selon Patrick Dewael, la suppression du Sénat représenterait une économie de quelque 78 millions d’euros. En ce qui concerne la Chambre, l’élu libéral estime que si on transfère des compétences aux Régions, l’Etat fédéral en conservera moins. On peut donc les gérer en s’appuyant sur un nombre de députés moins élevé qu’actuellement.

Patrick Dewael s’est enfin dit partisan de la suppression de l’obligation d’aller voter et pour un regroupement des scrutins fédéral et régionaux.

LeVif.be, avec Belga

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content