© Image Globe

Parlement wallon: budget 2017 voté, rémunérations « Publifin » limitées

Le parlement wallon a approuvé mercredi soir, majorité contre opposition, le budget 2017 et le décret-programme l’accompagnant. Les principales modifications concernent la limitation de la rémunération des membres des comités de secteur d’intercommunales telles que Publifin, ainsi que la suppression formelle d’un précompte jamais mis en oeuvre, la « taxe outillage ».

L’amendement « Publifin » du PS et du cdH a été approuvé majorité contre opposition. Il vise, après la controverse lancée mardi par Le Vif, à limiter la rémunération des comités de secteur des intercommunales telles que Publifin au jeton de présence de 150 euros. Un amendement Ecolo, soutenu par le MR, visant à supprimer ces comités de secteur, a pour sa part été rejeté.

« Nous aurons réussi à faire bouger la coalition », s’est réjoui le chef de groupe Ecolo Stéphane Hazée. « Mais ce n’est toutefois qu’une rustine médiatique, puisque les comités de secteur sont maintenus dans leur composition qui ne respecte pas le droit wallon », a ajouté le député d’opposition.

Jean-Luc Crucke (MR) a rappelé qu’il avait averti le gouvernement dès 2015 du risque d’abus que l’on constate aujourd’hui chez Publifin. Il souligne lui aussi que l’amendement adopté n’offre aucune réponse à la gouvernance de ces intercommunales spécifiques, où la transparence n’est toujours pas assurée. « Votre responsabilité est engagée », a-t-il lâché à l’adresse du ministre des Pouvoirs locaux Paul Furlan.

A l’inverse, un autre amendement proposé par le MR a été approuvé, à l’unanimité cette fois. Il supprime la « taxe outillage » qui avait déjà été suspendue fin 2014.

L’annonce il y a deux ans de cette « taxe » telle que la qualifient ses opposants – en réalité la réactivation progressive, cinq ans après l’achat, du précompte sur le matériel et l’outillage des entreprises – avait suscité une levée de boucliers du monde patronal. Le gouvernement l’avait suspendue avant même sa mise en oeuvre, mais le MR continuait de dénoncer le maintien du texte dans la législation wallonne, qui faisait peser une « épée de Damoclès » sur les entreprises s’il venait à être réactivé. « On a supprimé une taxe qui n’existe pas, mais au moins on n’en parlera plus. Prenez cela comme un cadeau de Noël », a souri le chef de groupe PS Christophe Collignon, sous les applaudissements de l’opposition.

L’assemblée a également approuvé deux projets de décret du ministre de l’Économie Jean-Claude Marcourt qui permettront de créer un guichet virtuel unique, où chaque patron de PME pourra solliciter aisément et rapidement les « petites aides » pouvant aller jusqu’à 200.000 euros sur trois ans.

Jeudi, le gouvernement tiendra son dernier conseil des ministres de l’année civile. Au programme notamment, un accord de principe avec les opérateurs de téléphonie mobile visant à supprimer la « taxe pylônes » de la Région, en échange d’un investissement supplémentaire de 60 millions d’euros sur trois ans de la part des opérateurs, pour améliorer la couverture en très haut débit des zones d’habitat sur lesquelles un déficit particulier est constaté, ainsi que des zones présentant un intérêt ou des besoins spécifiques.

Partner Content