Christine Lagarde, la présidente de la BCE © Getty

« Nous allons au-devant de mois économico-financiers corsés »

Une inflation élevée et une faible croissance économique sont synonymes de stagflation, ce qui place la Banque centrale européenne (BCE) devant un dilemme, écrit notre confrère de Knack Ewald Pironet.

Les économistes prononcent le mot comme s’ils venaient de découvrir qu’ils ont mordu dans une tartine à la confiture de fraises moisie : stagflation, contraction de l’économie stagnante et de l’inflation. Depuis le début de la guerre en Ukraine, de plus en plus d’économistes utilisent ce mot. Ceux qui ont vécu les années 1970, avec deux chocs pétroliers et une économie en difficulté, savent que ce n’est pas une perspective agréable.

L’inflation élevée existe depuis un certain temps. Après s’être pratiquement arrêtée pendant la crise du coronavirus, l’économie a repris lorsque la pandémie a été maîtrisée. Cependant, il y a eu des problèmes d’approvisionnement et une pénurie de presque tout, du papier aux matériaux de construction en passant par les puces électroniques. Fin de l’année dernière, nous avons connu une économie déficitaire, ce qui a fait grimper les prix. L’inflation a dépassé les 5 % dans notre pays en décembre. À cela se sont ajoutées les tensions en Ukraine et la guerre. L’Ukraine et la Russie sont des fournisseurs importants de nombreuses matières premières, des céréales au palladium et au nickel en passant par le pétrole et le gaz. Cela a fait grimper les prix encore plus haut : l’inflation a atteint 8 % le mois dernier.

Jusqu’à récemment, la croissance économique ne semblait pas être un problème. En 2021, l’économie belge a connu une croissance de plus de 6 %, et au début de cette année, la Commission européenne prévoyait une croissance de près de 3 % en 2022. Mais depuis le bombardement de l’Ukraine par la Russie, les économistes doutent de plus en plus que cette croissance soit au rendez-vous. En raison de la guerre et des sanctions occidentales, les exportations européennes vers la Russie et l’Ukraine sont pratiquement au point mort. En outre, l’incertitude augmente parmi la population européenne, ce qui l’amène à garder la main sur son porte-monnaie. Les prévisions de croissance sont désormais revues à la baisse.

Une inflation élevée et une croissance faible sont synonymes de stagflation, ce qui place la Banque centrale européenne (BCE) devant un dilemme. Pour réduire l’inflation, elle pourrait augmenter les taux d’intérêt. Cela rendrait les emprunts plus coûteux et l’épargne plus attrayante, ce qui ralentirait la croissance et freinerait l’inflation. Pour stimuler la croissance économique, la BCE devrait baisser les taux d’intérêt (ou attendre plus longtemps pour les relever), mais l’inflation resterait très élevée pendant longtemps. C’est là le grand problème de la stagflation : comment sortir de l’ornière ? La BCE est confrontée à un exercice très difficile, et nous allons au-devant de mois financiers et économiques corsés.

Cependant, il y a aussi une lueur d’espoir: le taux de chômage est extrêmement faible. C’est une aubaine, car dans les années 70, la stagflation s’accompagnait d’un chômage élevé, ce qui a entraîné des drames sociaux, beaucoup moins de recettes publiques et beaucoup plus de dépenses publiques. Mais aujourd’hui aussi, il y a de fortes chances que les dépenses publiques augmentent. Pendant la crise du coronavirus, les gouvernements ont déjà dépensé beaucoup d’argent pour soutenir les secteurs et les personnes touchés. Depuis que la Russie a déclenché une guerre en Europe, les pays augmentent leurs budgets de défense. Le gouvernement allemand veut même l’augmenter cette année de 100 milliards d’euros, pour atteindre 2 % du produit intérieur brut. Si la Belgique devait faire de même, le gouvernement devrait chercher environ 5 milliards d’euros. D’une part, cela pourrait stimuler l’économie, mais d’autre part, cela infligerait encore plus de déficits et de dettes au gouvernement.

La question cruciale, c’est de savoir comment la guerre en Ukraine va évoluer. Si elle s’étend et amène l’OTAN à entrer en conflit direct avec la puissance nucléaire russe, nous ne parlerons plus de stagnation économique, mais de récession. Les conséquences sociales et économiques risquent alors d’être dévastatrices. Il est même possible que nous soyons bien contents de manger une tartine à la confiture de fraises périmée.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content