Moscou accuse Google de « fakes » sur l’Ukraine et lui interdit de faire sa publicité

(Belga) Le gendarme russe des télécommunications a annoncé jeudi interdire à Google de faire sa publicité en Russie, accusant sa plateforme YouTube de diffuser de fausses informations sur les forces russes engagées en Ukraine.

Moscou a engagé une répression tous azimuts pour juguler la diffusion d’informations ne correspondant pas à la ligne officielle. « YouTube est devenu une plateforme clé pour la diffusion de +fakes+ sur l’opération militaire spéciale sur le territoire de l’Ukraine, discréditant les forces armées russes », indique Roskomnadzor, qui reproche aussi au site de publier les contenus d' »extrémistes » ukrainiens. Il l’accuse encore de censurer les médias d’État russes, dont les chaînes YouTube ont été fermées. En conséquence, Google n’aura plus le droit « de faire la réclame de Google LLC » et de ses plateformes en Russie. Par ailleurs, les moteurs de recherche russes devront indiquer que Google et ses filiales violent la loi russe lorsqu’une recherche est effectuée sur leurs noms. Ces mesures sont beaucoup moins lourdes que celles qui ont visé d’autres géants du web pour des accusations similaires. Facebook, Twitter ou Instagram sont ainsi bloqués en Russie. Par ailleurs, la diffusion d’informations discréditant l’armée russe est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison. (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content