© reuters

Menace nucléaire: « Il est clair que les Belges s’inquiètent »

Le Vif

Le groupe Ecolo-Groen de la Chambre a annoncé la convocation mardi prochain d’une réunion de la sous-commission de la sécurité nucléaire dans le but d’entendre différents responsables au sujet du risque radiologique posé en Europe et en Belgique par la guerre en Ukraine après l’attaque russe sur la centrale nucléaire de Zaporijjia.

« Il est clair que les Belges s’inquiètent et une information claire est dès lors nécessaire. La population se pose légitimement des questions sur le risque radiologique des sites nucléaires ukrainiens occupés par l’armée russe, la menace nucléaire brandie par Poutine, le renforcement éventuel de la (cyber)sécurité de nos propres centrales ou encore la disponibilité et la période de validité des pilules d’iode. Il est important que les autorités fédérales puissent répondre de manière transparente à ces interrogations. Les parlementaires doivent être informés des directives de l’AIEA (Agence internationale de l’Énergie atomique, ndlr) et du niveau de risque pour la Belgique suite à la prise de contrôle par les forces armées russes de la plus grande centrale nucléaire d’Europe et du site de Tchernobyl », a expliqué le député fédéral Ecolo Samuel Cogolati dans un communiqué.

Selon lui, cette réunion de la sous-commission de la sécurité nucléaire est fixée au mardi 8 mars à 12h30.

Elle doit fixer l’ordre des travaux ultérieurs, dans le but d’entendre dès que possible la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, l’Agence Fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN), le Centre de crise (dont le Centre d’expertise CBRNe) et l’Agence internationale de l’Énergie atomique (AIEA) au sujet du risque radiologique posé en Europe et en Belgique par la guerre en Ukraine, a précisé le député écologiste à l’agence Belga.

Partner Content