Les TV locales sont des médias « hybrides, de service public mais pas seulement »

« Nos Radios garantira une offre d’information locale et régionale sans précédent dans le paysage radiophonique francophone », ont vanté jeudi devant la presse les responsables de ce projet porté par six télévisions locales. « Un projet intrinsèquement indépendant », ont insisté ceux dont l’initiative hérisse les principaux groupes radiophoniques privés, qui se sentent déjà trop à l’étroit sur la bande FM.

Début avril, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a confirmé la recevabilité formelle de la candidature de la SCRL Socarep à un réseau de fréquences couvrant Bruxelles et la Wallonie, tant en FM qu’en DAB+. Derrière la Socarep se trouvent six télévisions locales. Ensemble, elles veulent lancer une nouvelle radio sous le nom provisoire « Nos Radios ». Les six autres télévisions locales belges francophones pourront également y participer. « Si nous ne diversifions pas nos médias, nous en serions les fossoyeurs », justifie Marc de Haan, directeur général de BX1. Les télévisions locales sont déjà présentes sur internet mais il faut suivre le public partout où il se trouve et la radio reste convoitée car son écoute se concilie aisément avec d’autres activités, relève-t-il. Les télévisions locales devraient-elles s’interdire de postuler à des radiofréquences parce qu’elles reçoivent des subsides publics? « Nous avons toujours été des médias hybrides. Juridiquement, nous sommes des ASBL, donc des entités privées. On tient à notre dimension de service public mais elle ne décrit pas toute notre réalité », argumente M. de Haan. Et celui-ci de souligner que les groupes privés reçoivent aussi des subsides via les aides à la presse écrite (10,837 millions pour l’ensemble du secteur en 2019, contre 7,561 millions d’euros pour les 12 télévisions locales), de même que les radios qui bénéficient du statut de radio associative. Nos Radios diffusera au moins 6 heures par jour de décrochages locaux. Côté musical, pas moins de 90% de la programmation sera issue de la Fédération Wallonie-Bruxelles. « On a la capacité de mettre en lumière ce qui se fait au plus près de la population. Il y a une attente du public et notre personnel est super enthousiaste », trépigne Christophe Scaillet, directeur général de Télésambre et administrateur délégué de la Socarep

Partner Content