Philippe Tison, bourgmestre d'Anderlues et conseiller de Paul Furlan. © PHILIP REYNAERS/PHOTO NEWS

« Les copains d’abord », un critère important dans la composition des cabinets ministériels

Mélanie Geelkens
Mélanie Geelkens Journaliste, responsable éditoriale du Vif.be

Les cabinets ministériels ne se distinguent généralement pas par leur apolitisme. Et certainement pas celui de Paul Furlan. Le bourgmestre en titre de Thuin a puisé nombre de ses très proches collaborateurs dans son fief, et dans les communes voisines. Tour d’horizon.

Il faut d’emblée s’excuser auprès du lecteur. Non, cet article n’est pas un concours destiné à placer dans un même texte le plus de fois possible les mots  » Thuin  » ou  » cabinet « . Mais difficile d’écrire autrement lorsque l’équipe de l’ex-ministre thudinien ressemble à ce point à l’administration communale thudinienne. On connaissait déjà Anne-Sophie Herbé, la compagne de Paul Furlan, doublement engagée au cabinet et à la commune (Le Vif/L’Express du 20 janvier). Mais des proches, le désormais démissionnaire ministre wallon des Pouvoirs locaux et bourgmestre en titre de Thuin en a embauché bien d’autres.

Premier vivier de recrutement : son conseil communal. Marie-Eve Van Laethem, présidente du CPAS, officie ainsi comme secrétaire particulière de Paul Furlan. Luc Rigotti, lui, a été deux fois conseiller : au cabinet et au conseil communal. Double casquette aussi pour Patrice Vraie, deuxième échevin et collaborateur au cabinet. Où est également embauchée sa compagne, Béatrice (accessoirement secrétaire adjointe de l’USC de Thuin) et où l’était sa fille (qui mentionne aujourd’hui sur son compte Facebook être employée d’administration à Thuin).

Sans oublier Vincent Crampont ! Le premier échevin, pompier de profession, a bossé au cabinet de son bourgmestre de ministre jusqu’en décembre dernier. En tant qu’expert, chargé d’intervenir sur la réforme des services d’incendie.  » De manière non rémunérée, sauf le remboursement d’indemnités « , précise-t-il. Son frère est, en revanche, bel et bien payé par le cabinet, où il officie comme collaborateur engagé.

Thuin, encore et toujours. Même une technicienne de surface et le chauffeur personnel de Paul Furlan en sont originaires. Tout comme un entrepreneur du secteur photovoltaïque reconverti en  » attaché « . Idem pour Vincent Demars, fonctionnaire détaché et président de la section PS (de Thuin, donc). Etonnamment, sur certains sites Web renvoyant à la commune, la personne de contact est… collaboratrice du cabinet, adresse  » @gov.wallonie.be  » à l’appui.

Philippe Tison, l’homme de confiance

Les communes voisines constituent une autre réserve de personnel. A Morlanwelz, l’échevin Nebih Alev preste parallèlement comme chauffeur au cabinet. Une attachée vit à la même adresse que Giorgio Facco (sa femme ? sa fille ? ), président du CPAS de ladite entité. D’où est en outre originaire une conseillère du CPAS, collaboratrice de l’équipe ministérielle. Manage y est aussi représentée, via son bourgmestre, Pascal Hoyaux. Qui, pour l’anecdote, n’a pas déclaré ce mandat rémunéré de collaborateur à la Cour des comptes.

Puis vient Anderlues. Son bourgmestre, Philippe Tison (par ailleurs président de la fédération socialiste de Thuin et compagnon de Virginie Gonzalez, députée wallonne par suppléance de Paul Furlan), a été embauché en 2014 comme conseiller du ministre régional. Manifestement, un homme de confiance : en juillet 2009, lorsque Furlan est monté au gouvernement, l’Anderlusien l’a remplacé comme administrateur ou gérant de plusieurs de ses sociétés privées familiales. Pragma (location et exploitation de biens immobiliers, où siégeaient également les parents et le frère de Paul Furlan), Espace européen d’entreprises (assurances) et Praxis (magasin de vêtements). En plus de ses autres mandats dans différentes intercommunales et de la gérance de sa sprl, active dans le secteur des assurances. Un homme fort occupé. Merci les copains ?

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content