Le Moyen-Orient et l'Asie centrale deux fois plus affectés © belga

Le Moyen-Orient et l’Asie centrale deux fois plus affectés

(Belga) Les températures au Moyen-Orient et en Asie centrale ont augmenté de 1,5 degré Celsius depuis les années 1990, soit deux fois plus que la moyenne mondiale (0,7), selon une étude du Fonds monétaire international (FMI), publiée mercredi.

De plus, au XXIe siècle, les catastrophes naturelles ont affecté en moyenne chaque année dans ces régions sept millions d’individus, causant la mort de plus de 2.600 personnes, avec des dégâts estimés à deux milliards de dollars, explique le rapport. Ces zones sont « en première ligne » face au changement climatique, qui y est « particulièrement ressenti » a déclaré la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, lors du World Government Summit, un forum organisé à Dubaï, aux Émirats Arabes Unis. « Au cours des vingts dernières années, la fréquence et la sévérité des catastrophes climatiques ont augmenté dans cette région plus que n’importe où ailleurs », a-t-elle ajouté, alors que parallèlement à cette hausse des températures, les précipitations ont baissé et les catastrophes naturelles se sont multipliées. « Les conséquences économiques et financières du changement climatique sont une grave menace pour la croissance et la prospérité », a déclaré Mme Georgieva. La directrice du fonds a appelé les pouvoirs publics à mettre en place des politiques permettant d’atténuer les effets du changement climatique, en investissant notamment dans des infrastructures « résilientes ». Rappelant le manque de moyens « de nombreux pays dans la région », elle a également pressé les pays riches de tenir leur promesse de porter à 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 leur aide aux pays les plus défavorisés dans la lutte contre le réchauffement climatique. (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content